Sorti en novembre 2013, LEGO Marvel Super-Heroes avait propulsé avec brio les super-héros Marvel au cœur d’un monde ouvert fait de briquettes colorées. Aujourd’hui, LEGO Marvel Avengers reprend le même principe tout en exploitant la popularité des films Marvel mais aussi l’univers Marvel Now. Premières impressions après une courte prise en mains…

En dépit de son titre, LEGO Marvel Avengers met à l’honneur bien plus qu’un seul film puisque les quinze niveaux de l’aventure reprennent des séquences de six longs-métrages estampillés Marvel. Il y a ainsi Avengers et sa suite L’ère d’Ultron, mais aussi les deux premiers films de Captain America, First Avenger et Le Soldat de l’hiver, sans oublier Iron-Man 3 et Thor : Le monde des ténèbres. Par ailleurs, le monde ouvert qui se limitait à Manhattan dans LEGO Marvel Super-Heroes a fait des petits, puisqu’il devrait y en avoir ici pas moins de huit. Ces huit univers à explorer librement, a priori assez vastes et accessibles en jeu libre, prennent la forme de villes servant de cadre à l’action des longs-métrages. Parmi celles retenues, outre New York, Washington DC et Manhattan, figurent par exemple Asgard dont est originaire Thor ou encore Sokovia, petite ville d’Europe de l’Est et théâtre des exactions d’Ultron.

Pour voyager entre ces divers lieux, un moyen très pratique existe : une sorte de navette spatiale dans laquelle le personnage contrôlé par le joueur peut grimper. Après avoir été envoyé automatiquement dans l’espace, la navette doit ensuite être dirigée par le joueur sur une sorte de mappemonde jusqu’à se rendre aux endroits accessibles. A noter aussi qu’évolue majestueusement dans le ciel de la plupart des villes de la carte le gigantesque vaisseau du S.H.I.E.L.D. (l’«Helicarrier», sorte de porte-avions volant). Ce dernier est accessible simplement en plaçant son héros sur une petite plateforme au sol qui l’y propulse littéralement. Bien entendu, comme la plupart des derniers jeux LEGO, chaque monde ouvert offre une large quantité de missions disséminées un peu partout, de même que de nombreux objets à découvrir et collecter. Et comme d’habitude, l’aventure est disponible en solo mais aussi en coopération locale à deux joueurs en écran splitté fixe ou dynamique (mais pas de multi online)…

UN CASTING DE FOU


Miss America, alias America Chavez, possède une force surhumaine.

Alors que LEGO Marvel Super-Heroes avait placé la barre très haut avec plus de 150 personnages, ce nouvel opus vise un nombre à peu près identique, costumes alternatifs compris. L’avantage ici est toutefois d’offrir une centaine de héros et vilains inédits vis-à-vis du jeu précédent. Ainsi, outre les valeurs sûres, telles que Captain America, Hawkeye, Black Widow ou Hulk, le joueur peut retrouver quelques créatures surréalistes issues des archives de Marvel. Comme l’énorme dragon extra-terrestre Fing Fang Foom créé en 1961, capable d’afficher la taille d’un immeuble. Ou encore Devil Dinosaur, un T-Rex rouge apparu pour la première fois en 1978 qui adore gober ses adversaires et demeure accompagné en permanence par l’humanoïde Moonboy. Il est à noter toutefois que la plupart des nouveaux personnages provient de l’univers Marvel Now, sorte de reboot de l’univers Marvel lancé en 2012 et orienté multiculturalisme à destination d’un public plus jeune. Par exemple, il est ici possible de sélectionner en mode « jeu libre » des héros issus de certaines minorités aux USA tels que la latino-américaine, pro LGBT, America Chavez, ainsi que Kamala Khan, nouvelle Miss Marvel d’origine pakistanaise dont les membres s’allongent à l’instar de Red Richards dans les 4 Fantastiques.

A LIRE  NieR Automata : le jeu sortira en même temps sur PC et PS4

Stan Lee version XXL

Parmi les nombreux personnages présents dans l’aventure, il y en a un qui s’avère un peu plus symbolique que les autres. Il s’agit de Stan Lee, éditeur en chef de Marvel Comics et cocréateur d’une centaine de super-héros depuis les années 60, comme Les Quatre Fantastiques ou encore Spider-Man. Déjà disponible dans LEGO Marvel Super-heroes, doté de pouvoirs à la Spider-Man mais aussi en version Excelsior Hulk, le sympathique moustachu aux cheveux blancs se révèle ici accessible au moins dans deux nouvelles versions alternatives qui font directement références à Iron-Man. Il y a donc d’abord Iron-Stan qui demeure capable de voler comme l’original. Mais il y a surtout Stanbuster, sorte de gros exosquelette à la Hulkbuster dans lequel se glisse Stan Lee (on le voit même parfois ouvrir la visière du mécha et écrire soudainement à la machine). A noter que Stan Lee a même enregistré vocalement quelques lignes de dialogue.


The Unbeatable Squirrel Girl ou « L’imbattable Fille-écureuil »…

Il faut ajouter à tout cela des personnages improbables (The Unbeatable Squirrel Girl), mais aussi de nouveaux visages pour incarner les super-héros traditionnels. C’est le cas par exemple de Jane Foster, la version féminine de Thor, ou encore de Sam Wilson, alias le Faucon, qui endosse le costume de Captain America après que Steve Rogers ait perdu ses pouvoirs. Par ailleurs, Iron-Man dispose ici de quatorze armures différentes accessibles par l’intermédiaire d’une roue de sélection qui apparaît à l’écran en maintenant une touche. Parmi celles-ci figurent par exemple l’armure Hulkbuster mais aussi l’armure Silver Centurion. La figurine LEGO de cette dernière est d’ailleurs disponible en précommande du jeu sur certains sites Internet.


Miss Marvel, alias Kamala Khan, a le pouvoir d’étirer ses membres.

Enfin, sont officiellement confirmés pour le casting les héros/vilains suivants : Iron-Fist, Dr Strange, War Machine, Abomination, Loki, Ultron, Crâne rouge, La Vision, Speed, Le Faucon, Agent Coulson, Bucky Barnes, Winter Soldier, La Sorcière rouge ou encore Quicksilver qui court tellement vite à l’écran qu’il peut franchir sans problème les étendues d’eau mais aussi évoluer automatiquement sur les parois des immeubles. Sans oublier l’Agent Carter, à qui la comédienne Hayley Atwell l’incarnant dans la série télévisée prête sa voix. Elle n’est d’ailleurs pas un cas isolé car d’autres acteurs ont participé au jeu en doublant leur personnage et en enregistrant plusieurs lignes de dialogue. Quant aux personnages les plus célèbres, comme Iron-Man ou Captain America, les développeurs ont repris tel quel les dialogues et voix issus des films originaux.

UNE DEMO CLASSIQUE MAIS EFFICACE


Crossbones, en tenue classique, est prêt à jouer de la pétoire…

Pour tenter de convaincre de l’intérêt de leur nouveau bébé, les développeurs de Traveller’s Tales ont mis à disposition une démo d’environ vingt minutes, située au début du jeu et couvrant la première scène d’action d’Avengers : L’ère d’Ultron. Il s’agit de la scène au cours de laquelle l’équipe de super-héros attaque la forteresse d’Hydra. L’action est ainsi divisée en trois séquences à jouer l’une après l’autre qui contiennent chacune – de manière très classique – une partie combat au corps-à-corps contre les ennemis et une partie réflexion et résolution de puzzles. Côté maniabilité, c’est aussi sans surprise mais tout en restant efficace, puisque les touches servent respectivement à attaquer/viser (en maintenant), sauter/faire une roulade, interagir/bâtir et enfin passer d’un personnage à l’autre. La première scène de la démo réunit Black Widow et Hawkeye et nécessite de vaincre quelques vagues d’assaillants puis de franchir un ravin. Black Widow peut temporairement devenir invisible et recourir à un appareil de scan qui permet au joueur de localiser des signaux en déplaçant une cible à l’aide du joytick. Le but est de repérer puis d’activer des interrupteurs cachés dans le décor. Amusant. Ensuite, c’est au tour de Hawkeye, capable de décocher des flèches de différentes natures selon la touche appuyée, de lancer un grappin avec une corde qui permet de se balancer et de franchir le précipice.

A LIRE  Werewolves Within : les loups-garous sont de sortie avec ce trailer de lancement

Un peu plus tard, la seconde séquence réunit Hulk et Iron-Man. Le géant vert est capable d’arracher un bout du sol et de le projeter au loin sur les ennemis. Mais sa fonction première dans la démo reste de fracasser de ses poings le moindre obstacle devant lui. Une fois arrivé devant la montagne, Iron-Man doit user de ses lasers pour briser des chaines retenant rochers et troncs d’arbre, afin de faire dévaler ceux-ci et former au final une sorte de pont. Ce dernier peut ensuite être emprunté par Hulk pour parvenir de l’autre côté du décor (dans l’absolu un simple saut aurait permis au monstre vert de traverser d’un seul coup mais le scénario ici s’en moque). La mission de Hulk est alors de pulvériser un immense panneau de commande pour déclencher l’ouverture d’une large grille.

Versions portables

En plus d’être disponible sur toutes les consoles de salon ainsi que sur PC, LEGO Marvel Avengers s’offre également une sortie sur PS Vita et 3DS. Après avoir eu en mains brièvement les deux versions portables, c’est la différence esthétique qui évidemment saute tout de suite aux yeux en comparaison des versions de salon. En effet, les graphismes sont nettement moins détaillés, voire même un peu plus cubiques, en particulier certains véhicules qui ressemblent pour le coup à un amas de LEGO taillé à coups de serpe. Si les écrans tactiles de la VITA et de la 3DS permettent de contrôler du bout du doigt – ou du stylet – les personnages de manière plutôt efficace, en revanche la profondeur de champ sur VITA apparaît plus probante et l’esthétique générale un peu moins sommaire que sur 3DS. Dans les deux versions apparaît toutefois le même souci de gestion de caméra qui a parfois un peu de mal à suivre et à cadrer au mieux l’action, par exemple lors des énormes sauts de Hulk ou d’Abomination. Dotées de 15 niveaux et de mondes ouverts comme sur machines de salon, les versions PS Vita et 3DS de LEGO Marvel Avengers semblent au final s’en tirer assez honnêtement, même si elles ne disposent pas du tout d’option multijoueur.

A LIRE  Akiba's Beat : 46mn de gameplay commentées par des hommes déguisés en soubrettes

DES ATTAQUES EN BINOME


Un oiseau ? Un avion ? Non, c’est Sup… Ah non c’est le Thor féminin.

Troisième et dernière séquence disponible : Captain America et Thor luttant côte à côte pour battre une série d’ennemis revêtant une sorte d’exosquelette. Pour se débarrasser de plusieurs adversaires en même temps, il est possible de rapprocher les deux personnages à l’écran l’un de l’autre et de presser la touche qui s’affiche afin d’effectuer une attaque en duo. Dans ce cas précis, Thor prend son élan en l’air et vient frapper le bouclier de Captain America dont l’onde de choc fait littéralement valdinguer les ennemis alentour. Du côté du binôme Hulk/Iron-Man, c’est le géant vert qui s’empare de la boite de conserve volante et qui la fait tournoyer au-dessus de sa tête tandis que celle-ci use de ses rétropulseurs pour arroser les environs. Fun et très efficace, d’autant qu’il est possible de lancer cette super attaque combinée à tout moment.


Le Faucon Sam Wilson devient le nouveau Captain America.

L’aventure semble d’ailleurs réserver d’autres surprises délirantes. Ainsi, dans les mondes ouverts du jeu, certaines missions aboutissent à un spectacle surréaliste. Comme en témoigne une mission du Winter Soldier qui, probablement sous l’influence d’un psychotrope, l’amène à affronter – en noir & blanc – des groupes d’ours puis une armada de ballerines ! Sans oublier les nombreux repères cachés d’Hydra, accessibles uniquement en utilisant les vilains de l’organisation comme Crâne rouge. De quoi donner envie au joueur de fouiller une carte a priori bien remplie et surtout qui semble bien plus lisible qu’auparavant…

Chargement du lecteur vidéo…

Nos impressions

Si l’aventure peut réserver quelques surprises, comme plusieurs ajouts et améliorations, certains personnages aussi drôles que spectaculaires et une poignée de mondes ouverts augurant d’une bonne durée de vie, en revanche elle apparaît clairement comme un copier-coller à plus grande échelle de LEGO Marvel Super-Heroes. L’objectif mercantile semble donc clairement dicter la sortie de ce titre qui surfe sans vergogne – mais a priori sans déplaisir non plus – sur les derniers longs-métrages estampillés Marvel. La sensation de déjà vu se faisant pour l’heure clairement persistante pour les joueurs ayant pratiqué Marvel Super-Heroes, il est nécessaire d’attendre la version complète du titre pour pouvoir se prononcer définitivement. Réponse donc lors du test…

Profil de jackbradford

Journaliste de jeuxvideo.com

21 décembre 2015 à 09:16:22



Source by [author_name]