AMD vient de lever le voile sur les dernières informations concrètes qui avaient été présentées lors du récent Radeon Technology Summit. Sans surprise, elles concernent la prochaine architrecture graphique de la marque, baptisée Polaris. Une architecture qui semble tailler pour remettre (enfin) AMD sur de bons rails.

Hier, nous revenions rapidement sur l’annonce faite par AMD, qui dévoilait le nom de sa nouvelle architecture graphique pour 2016. Celle-là même qui bénéficiera d’une gravure en 14 nm FinFET et qui animera les nouvelles cartes graphiques de la série Radeon 400 attendues pour l’été prochain. Une micro-architecture GPU baptisée Polaris, et à propos de laquelle nous apprenons aujourd’hui quelques détails intéressants, issus d’une présentation que le Radeon Technology Group avait tenu il y a quelques temps devant certains confrères, dont Hardware.fr. Si nous passerons rapidement sur les minces détails techniques déjà dévoilés (pour résumer, des modifications au coeur des unités de calcul et autres optimisations visant à accroître les performances tout en limitant la consommation), nous nous pencherons plus nettement sur les choses concrètes montrées par AMD à la presse.

AMD Polaris, d’abord un petit GPU ?!

Ainsi, à cette occasion, AMD a levé le voile sur un petit GPU au packaging très compact, basé sur Polaris, que la firme destine aux marchés des PC portables gamers et des PC de bureau compacts. S’il est étonnant de voir qu’AMD n’ait pas choisi de montrer Greenland, qui sera sa nouvelle grosse puce Radeon sur le haut-de-gamme, la stratégie n’en est pas moins pertinente dans la mesure où elle permet à la marque de communiquer sur la performance énergétique (un point qui lui tient très à coeur, et sur lequel elle a cumulé les retards ces dernières années), tout en annonçant quelque part son retour aux affaires sur le marché des portables, vide (ou presque) de GPU Radeon mobiles depuis trop longtemps.

A LIRE  Dead Rising 4 : à l'approche de la sortie du jeu, voici un nouveau trailer plein de zombies

Concrètement, ce petit GPU sera couplé à de la mémoire GDDR5 (et non HBM), sera gravé en 14 nm par GlobalFoundries et sera lancé mi-2016 (on ne sait pas s’il s’agira de la première puce Polaris commercialisée).

Plus intéressant encore, une démonstration a été menée sur ce prototype, en prenant pour base le jeu Star Wars : Battlefront. Ce dernier parvenait à tourner en 1920 x 1080 pixels à 60 fps en ne faisant consommer que 86W à la puce… là où un GPU Maxwell 28 nm du concurrent Nvidia consomme 140W dans les mêmes conditions (une GeForce GTX 950 pour information). Alors bien sûr, AMD est resté discret sur la partie réglages graphiques, et c’est avec la nouvelle architecture Pascal de Nvidia – qui bénéficiera elle aussi d’une gravure en 14/16 nm FinFET – qu’il sera intéressant de comparer la performance énergétique de Polaris. Mais savoir qu’elle fait déjà (beaucoup) mieux que Maxwell est un bon indicateur du bond en avant que les GPU AMD Radeon devrait faire cette année.

Pour info, lors de cette démonstration, le GPU Polaris tournait à une fréquence de 850 MHz pour une tension de seulement 0,8375V. AMD précise aussi que les pilotes utilisés ne supportaient que partiellement les fonctions de Polaris, le gain en rendement énergétique étant à mettre aux seuls comptes des nouvelles unités de calcul (GCN 4.0) et de la gravure en 14 nm avec des transistors FinFET (également dits “3D”).

Profil de Cliint, Rédaction Jeuxvideo.com
Par Cliint, Rédaction Jeuxvideo.com

MPTwitter



Source by [author_name]