Test : SteamWorld Heist : du Western spatial et du steampunk au tour par tour

3DS

En 2013, le studio Image & Form avait déjà attiré la sympathie des joueurs avec le très charmant SteamWorld Dig. L’univers Steampunk / Western du jeu a suffisamment convaincu pour que le studio choisisse de le conserver, en abandonnant le jeu de plate-forme au profit d’un titre tactique au tour par tour.

Notre Vidéo-test de SteamWorld Heist

Chargement du lecteur vidéo…

L’humanité y sera parvenue : la planète est dépeuplée et les robots en ont pris le contrôle. Voilà donc un pitch pour le moins simple qui sert d’intrigue de départ à Steamworld Heist et qui reprend donc l’aspect Western / Steampunk de son aîné, comme vous le constaterez non sans déplaisir. Vous voilà donc propulsé dans l’espace aux commandes du capitaine Piper Faraday, cherchant désespérément des ressources et du travail dans le but de maintenir son vaisseau-pirate en un seul morceau. Cela vous conduira naturellement à partir à la conquête de l’espace et à multiplier les rencontres – hostiles ou non – dans le déroulement d’un scénario qui n’est clairement pas l’argument principal de vente de Steamworld Heist, dont l’intérêt se trouve ailleurs.

Simple et complet


De nombreuses zones seront à débloquer

Votre quête de ressources sera décomposée en trois temps. La première et plus expéditive d’entre elles vous offre l’opportunité de faire naviguer votre vaisseau avec la croix directionnelle sur des axes prédéfinis, de bâtiments en bâtiments, qui seront tour à tour des endroits de ravitaillement et de recrutement de membres de votre équipe ou bien entendu le théâtre d’affrontements nombreux. Votre parcours n’est bien évidemment pas totalement libre, et certaines portions du voyage ne seront débloquées qu’après la réussite de missions spécifiques, tandis que d’autres ne le seront que si vous parvenez à réunir une quantité de réputation suffisante, matérialisée par des étoiles à cumuler en fonction de vos faits d’armes au combat.


Les préparatifs sont aussi importants que le combat

Une fois le choix de votre vaisseau d’abordage effectué, il s’agira pour vous de choisir vos compagnons en fonction de la nature de la mission, certaines d’entre elles n’étant accessibles qu’à un de vos personnages. Ensuite, il conviendra d’assigner une arme et quelques accessoires aux membres de votre escouade. Ces derniers sont pour la plupart glanés en mission, mais pourront également être achetés grâce aux quelques commerçants que votre périple vous amènera à croiser. Il conviendra de bien choisir les objets supplémentaires pour qu’il soit possible de les rendre complémentaires au combat. Armures, boost de déplacement, grenades, actions supplémentaires… ce ne sont pas les possibilités et les combinaisons qui manquent et sous ses airs enfantins et accessibles, Steamworld Heist dessine là les premiers contours d’un jeu complet à bien des égards.

A LIRE  Les Gardiens de la Galaxie : le nouveau Telltale Games annoncé en vidéo aux Game Awards 2016

Un challenge adapté à tous les profils

Vous pourrez également, et c’est là une excellente idée choisir parmi les 5 différents niveaux de difficultés proposés avant chaque mission permettant aux nouveaux venus de se faire tranquillement les armes dans le grand bain du jeu tactique tout en offrant aux vétérans un challenge de haute volée qui devrait mettre vos méninges et vos sens de stratège à rude épreuve. Il est enfin temps d’aller casser du robot et autant dire que le déroulement des combats se fait d’une manière particulièrement intuitive.


Les cartes sont pour la plupart générées aléatoirement

Avant d’entrer dans le feu de l’action, sachez que la plupart des cartes sont générées aléatoirement, ce qui garantit naturellement une rejouabilité bienvenue dans un titre qui devrait, dans un mode de difficulté intermédiaire, au moins vous occuper une grosse dizaine d’heures. Une fois le vaisseau généré, vous prenez le contrôle de votre escouade. Contrairement à beaucoup de jeux tactique au tour par tour, il n’existe pas de points d’action à proprement parler. Jeu en 2D en défilement horizontal et vertical, Steamworld Heist affiche vos possibilités de déplacement par l’intermédiaire de couleur au sol. La couleur orange vous indique que vous pourrez y déplacer votre personnage pour vous autoriser une action supplémentaire ensuite, tandis qu’un déplacement vous conduisant en zone bleue signifiera la fin du tour une fois cette zone atteinte.

Un gameplay très intuitif

Une simple pression de gâchette permet de parcourir les différentes compétences de votre personnage actif (qui s’étoffent avec l’expérience) ou de changer de protagoniste si la stratégie l’impose. Les objectifs de mission seront quant à eux un brin répétitifs. Nettoyer entièrement un vaisseau, tuer tel ou tel adversaire, détruire des générateurs… l’ensemble s’avère en terme d’immersion assez redondant, mais fort heureusement, certaines escapades verront leur challenge largement pimenté par l’obligation de remplir vos objectifs en un nombre de tours limité, sous peine de voir la sécurité renforcée et de nombreuses tourelles activées, rendant l’architecture de votre évacuation bien différente et surtout nettement plus inquiétante.

A LIRE  Bulletstorm Full Clip Edition : le jeu arrive en 4K sur PS4 Pro, la preuve en vidéo

Pas spécialement punitive, la mort de l’un de vos équipiers amputera simplement le défunt de gain d’expérience et le gain de réputation (qui vous permet comme évoqué plus haut de recruter de nouveaux membres et de débloquer de nouvelles zones.) En outre, si vous êtes assez avide, vous pouvez prendre le risque de récolter les nombreuses caisses qui sont disséminées dans les bâtiments visités afin de pouvoir en récolter les fruits en fin de mission. Monnaie permettant d’acheter des armes, arsenal normal ou légendaire, le jeu en vaut souvent la chandelle et c’est bien souvent que l’on se surprend à courir le risque de corser le challenge en nettoyant complètement un vaisseau .

Il faudra parfois choisir entre fuir ou récolter toutes les ressources possibles.

Chargement du lecteur vidéo…

Vous l’aurez compris, dans le fond, Steamworld Heist est très complet, et sa forme, très accessible, peut s’avérer plus complexe qu’elle en à l’air. Certaines armes disposent d’une visée, permettant de tirer des balles plus précises et d’anticiper les différents ricochets possibles mais seront peu puissantes, tandis que d’autres, plus dévastatrices mais soumises au friendly fire, vous demanderont pas mal de doigté. A vous de bien choisir votre équipement. Le positionnement pourra aussi être très important en ce que certains membres d’équipage appliquent un bonus passif aux alliés à proximité, par exemple. Bref, sous ses airs un brin enfantin, Steamworld Heist n’a pas à rougir face aux standards du jeu au tour par tour.

On pourra toutefois reprocher des objectifs assez peu variés et une certaine répétitivité de l’action sur l’ensemble du jeu, tandis que parfois, l’action manquera de lisibilité, handicapant grandement vos chances de réussites. Mais rien de tout cela ne devrait vous empêcher de passer un très bon moment dans cet univers gentiment déjanté.

A LIRE  Rocket League : le trailer des Game Awards 2016 dévoile l'arène "Starbase ARC"

Les notes


+

Points positifs

  • Univers sympa et cohérent
  • Le débutant et le fin stratège peuvent y trouver leur compte
  • Prise en main intuitive
  • Complet (items, armes…)
  • Forte rejouabilité



Points négatifs

  • Ligne de tir parfois peu lisible
  • Pour l’heure uniquement en anglais
  • Manque de variété d’objectifs et d’environnements

Steamworld Heist réussit avec brio le passage au jeu tactique au tour par tour. Prise en main intuitive et immédiate, gameplay clair pour tous et difficulté adaptée à tous les profils, le nouveau titre d’Image & Form devrait vous occuper de nombreuses heures, avec une durée de vie largement accrue par la volonté de réussir la partie parfaite et la dimension aléatoire des niveaux qui seront le théatre de vos affrontements. Si le fait que le titre manque un peu de variété d’environnements et d’objectifs et qu’il n’est pour l’heure disponible qu’en anglais (un patch FR serait déjà sur les rails) ne vous rebute pas, vous n’avez aucune raison de ne pas vous laisser tenter.

Profil de [87]

Journaliste de jeuxvideo.com

06 janvier 2016 à 18:02:02

Lecteurs Jeuxvideo.com

L’avis des lecteurs

Donnez votre avis sur ce jeu !



Source by [author_name]