Arrivé de nulle part et développé par les polonais de 11 bit studios, This War of Mine fait partie de ces rares jeux à prendre à contre pied le joueur en n’érigeant pas la guerre au rang de divertissement mais au rôle, plus terre à terre, d’événement tragique pour les populations qui la subissent. Initialement sorti sur PC, puis sur plates-formes mobiles, This War of Mine fait son entrée sur consoles de nouvelle génération dans une version légèrement remaniée et sous titrée This War Of Mine: The Little Ones, à propos de laquelle nous avons eu l’occasion de discuter avec Pawel Szyszka, lead developer du jeu.

 Nous ne jugeons pas, nous commentons simplement. Nous laissons le joueur se juger lui-même. C’est notre plus grande réussite. »

Voilà qui résume bien la teneur de This War of Mine, un jeu de survie pas comme les autres, qui a pris le parti de traiter la guerre sous un angle qui ne nous est pas nécessairement familier : celui des civils. Subir la guerre plutôt que d’y prendre part, accepter les tourments que des populations en proie à des conflits armés encaissent au quotidien… voilà l’objectif de This War of Mine qui nous avait filé une énorme claque à sa sortie en 2014 sur PC.

11 bits studios, studio Polonais, est parvenu à renouveler l’image que la guerre pouvait revêtir dans le jeu vidéo, en faisant d’elle un vecteur de réflexion plutôt que de divertissement. Spec Ops the Line, les Metal Gear, Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre… trop peu de titres se sont penchés sur sa face sombre et dramatiquement crédible. Faire de la guerre un divertissement : un constat sidérant pour le studio ? Pas du tout et bien au contraire :

Les gens veulent du divertissement, surtout lorsqu’il s’agit de jeu vidéo. Ce n’est pas grave, c’est normal et c’est cool. Avec le recul, les jeux de guerre parlent toujours de drames. Un soldat qui perd un ami, qui est traumatisé par la violence… Nous avons simplement eu une approche différente : parler de la guerre du point de vue des civils.

Et effectivement, la grande force de This War of Mine était de projeter le joueur dans une situation d’inconfort : gérer un groupe de personnes chargé de survivre, tout simplement, sans armes, sans connaissance du combat. Un choix pas nécessairement facile selon les dires de Pawel :

C’était un choix difficile. Si vous faites un jeu sérieux mais que vous le traitez mal, vous vous exposez à des critiques rudes.

Toutefois, à force de travail, 11 bit Studios est parvenu à accoucher d’un titre ravageur, qui permet au joueur de se questionner sur lui même, lorsqu’il choisit par exemple de piller un abri occupé par un couple de vieillards inoffensifs. Un choix délicat qui n’appartient qu’au joueur :

Cette séquence a marqué énormément de joueurs. Vous pouvez choisir de ne pas piller cette maison. Vous pouvez choisir de rester quelqu’un de bien en tentant de rationner les provisions et de voir ce qui se passe si vous n’avez pas de nourriture pendant deux jours.

Seul face à vous même, voilà en somme le résumé de l’aventure This War of Mine.

Des enfants face à l’horreur

Un concept fort pas encore disponible sur consoles, manque qui ne saurait tarder à être comblé avec la sortie le 29 janvier sur PlayStation 4 et Xbox One de This War of Mine : The Little Ones.

The Little Ones pousse encore plus loin l’implication du joueur en lui proposant de prendre en charge des enfants, qui ne sont pas épargnés par les conflits armés. Pas besoin de prendre des faits actuels pour traiter de la guerre, nous dit Pawell, les inspirations sont légion : insurrection de Varsovie, Siège de Leningrad… autant de conflits ayant vu enfants comme adultes mourir sous les balles.

Mais pourquoi ne pas avoir intégré les enfants dès le jeu de base ?

Nous y avons pensé, mais c’était compliqué. The Little Ones nous a demandé un an de développement, avec plus de 10,000 lignes de dialogues. Dès que l’on touche à des sujets aussi sensibles, l’échec est possible, aussi nous voulions nous assurer de faire les choses bien.

Les enfants font donc leur apparition dans This War of Mine en même temps que l’arrivée du jeu sur consoles de nouvelle génération. Il s’agira alors pour vous de gérer l’enfant, son tuteur et les autres habitants dans une même optique de survie. Ceci étant, les préoccupations des adultes ne sont pas les mêmes que celles des plus jeunes. Nous avons donc demandé à Pawell si l’arrivée de ces derniers était une manière d’apporter un peu de lumière et d’innocence à un univers très sombre :

Oui bien sûr. Nous ne voulons pas faire un jeu déprimant et les enfants ont cette capacité à avoir suffisamment de recul pour dessiner, rire et jouer, en dépit du monde qui les entoure. C’est une manière pour nous d’apporter un peu de lumière tout en gardant à l’esprit qu’ils souffrent de leur condition.

Et c’est là que la question qui fâche nous est venue au bord des lèvres : This War of Mine nous a habitué a être réaliste et sans concessions, mais les enfants de The Little Ones ne peuvent pas mourir : si leur moral est au plus bas, il s’enfuiront de l’abri, seront recueillis par une organisation humanitaire etc… Cela amputerait-il This War of Mine du réalisme qui le caractérise ?

Nous y avons pensé… Mais nous n’avons pas besoin de tuer ces enfants pour témoigner de l’horreur de la guerre. Les enfants de The Little Ones souffrent, ils peuvent avoir faim, manquer de sommeil, s’ennuyer, déprimer… S’ils quittent l’abri dans de mauvaises conditions, nous savons qu’ils seront traumatisés à vie par la guerre.

Les enfants ont le recul nécessaire pour continuer à jouer, danser en temps de guerre, nous avons fait beaucoup de recherches dessus. Nous voulons simplement que le joueur s’interroge sur lui-même. Nous avions également pour but de rendre le jeu plus difficile avec la présence des enfants, puisque les prendre en charge et s’occuper d’eux en période extrême est compliqué, ils sont par exemple plus fragiles…

Un réalisme et une violence suggérée qui n’est pas facile à encaisser pour tout le monde… 11 bits a-t-il été déjà été critiqué pour avoir accouché d’un jeu aussi dur psychologiquement ? La réponse est éloquente :

Bien sûr. Davantage encore pour The Little Ones. On a été accusés de faire ce jeu uniquement par profit. Ce n’est pas le cas.

Si vous avez suivi un tant soit peu le studio et This War of Mine, vous saurez qu’une partie des bénéfices est reversée à l’association « Child of War » et qu’il en sera de même pour les ventes de The Litlle Ones. Difficile de voir en 11 bits un studio racoleur, surtout lorsque l’un de ses membres vous envoie en conclusion d’interview cette phrase :

Mon meilleur moment au sein du studio est la photo que nous avons reçue de tous les gamins que nous avons aidé.

This War of Mine : The Little Ones sortira sur PlayStation 4 et Xbox One le 29 janvier prochain. Acune sortie PC n’est prévue. pour le moment.

A LIRE  Sniper Elite 4 : un nouveau trailer qui raconte l'histoire du jeu

Notez que notre test arrivera dès demain, accompagné de ses deux Gaming Live.

Profil de [87], Journaliste Jeuxvideo.com
Par [87], Journaliste Jeuxvideo.com

MPTwitter



Source by [author_name]