FRANCE

Grève : la fonction publique et les taxis mobilisés en France


© Eric Feferberg, AFP

Dernière modification : 25/01/2016

Les contrôleurs aériens, les taxis et les fonctionnaires sont appelés à se mobiliser mardi partout en France. Des perturbations sont à prévoir dans les écoles, les aéroports et dans les hôpitaux.

La journée de mardi 26 janvier risque de tourner au ralenti en France. Alors que les agents de la fonction publique – dont les contrôleurs aériens et les enseignants – se mobilisent pour réclamer une hausse de leur pouvoir d’achat, les chauffeurs de taxi seront également en grève pour protester contre la concurrence des VTC. Le mouvement des syndicats de la fonction publique touche aussi les hôpitaux et l’éducation.

Les taxis seront en grève pour protester contre la concurrence des VTC (voitures de tourisme avec chauffeur), dont ils réclament la suppression. Des blocages sont à prévoir aux abords des aéroports de Roissy-Charles-de-Gaulle et Orly.

Les chauffeurs de taxi des Bouches-du-Rhône menacent quant à eux de bloquer mardi matin les abords de la gare TGV d’Aix-en-Provence et l’aéroport international Marseille-Provence.

Déposé par le Syndicat national des contrôleurs du trafic aérien (SNCTA), Force ouvrière (FO) et la CGT, le préavis de grève dans le secteur aérien a conduit l’aviation civile à demander la suppression préventive de 20 % des vols. Le SNCTA a appelé à une grève des contrôleurs de mardi matin à la fin du service de nuit mercredi au matin.

La journée de mobilisation devrait être globale

Selon le ministère de l’Éducation nationale, 13 % des enseignants du premier degré (écoles maternelles et élémentaires) ont déclaré leur intention de faire grève. Le SNUipp, premier syndicat des professeurs des écoles, estimait lundi à environ un tiers le nombre d’instituteurs en grève, soit quelque 100.000 enseignants. Parmi les départements les plus touchés figurent la Haute-Garonne, le Haut-Rhin, la Seine-et-Marne et la Seine-Saint-Denis, avec un enseignant sur deux mobilisé, a précisé Sébastien Sihr, secrétaire général de l’organisation. A Paris, le taux de grévistes devrait approcher les 45%, selon les remontées obtenues au niveau national.

A LIRE  Matteo Renzi prié de reporter sa démission

À l’appel de CGT, FO, Solidaires et FSU, les fonctionnaires entendent protester contre leur système de rémunération, tandis que dans l’Éducation nationale, la réforme du collège est mise en question par l’intersyndicale.

En septembre, trois syndicats majoritaires – CGT, FO et Solidaires – ont refusé de signer l’accord sur la rémunération et la carrière des fonctionnaires. Le point d’indice qui sert de base au calcul des traitements des fonctionnaires est gelé depuis 2010.

Avec AFP

Première publication : 25/01/2016



AFP – France 24