FRANCE

Présidentielle 2017 : « Pour gagner, il faut des résultats », rappelle Martine Aubry

© Philippe Huguen, AFP | La maire PS de Lille, Martine Aubry, a une nouvelle fois attaqué la politique de François Hollande et Manuel Valls.

Dernière modification : 25/02/2016

Au lendemain de sa charge contre la politique menée par le tandem Hollande-Valls, Martine Aubry a de nouveau égratigné le gouvernement. Selon l’ex-première secrétaire du PS, si la gauche veut gagner en 2017, « il faut d’abord régler le présent ».

Moins de 24 heures après sa virulente tribune dans Le Monde, cosignée par plusieurs personnalités de gauche, Martine Aubry est revenue à la charge, jeudi 25 février, contre la politique de François Hollande et Manuel Valls sur l’antenne de RTL.

Selon l’ex-première secrétaire du Parti socialiste, si la gauche veut gagner l’élection présidentielle en 2017, « il faut des résultats ». « Si on ne redresse pas les choses sur la croissance, sur l’emploi, si on fait cette loi, la gauche va perdre. Il faut préparer l’avenir », a-t-elle expliqué.

« Il faut qu’on travaille tous ensemble »

Interrogée sur son éventuelle candidature, Martine Aubry a botté en touche. « Ce n’est pas du tout mon projet. Mon projet c’est d’aider la gauche à réussir », a-t-elle répondu. « Mais pour réussir demain, et moi je souhaite qu’un homme ou une femme de gauche réussisse demain, il faut régler le présent, il faut qu’on travaille tous ensemble (…) pour pouvoir proposer un projet aux Français, un projet de gauche, mais un projet qui prend en compte les réalités aujourd’hui du monde », a-t-elle de nouveau insisté.

Même si elle a assuré que cela n’était pas « pas agréable de parler aussi fortement à des amis, parce que ce sont des amis au gouvernement », Martine Aubry n’a pas manqué de s’en prendre à plusieurs membres de l’exécutif. L’ancienne ministre de l’Emploi et de la Solidarité a notamment critiqué la réforme du Code du travail portée par Myriam El Khomri. « Je ne sais pas pourquoi on l’appelle El Khomri, je ne pense pas que c’est elle qui ait fait cette loi », a-t-elle lancé. « J’y retrouve les vieilles recettes non pas du Medef, mais du CNPF [ancien nom du syndicat des patrons, ndlr]. En 1991-1993 déjà, beaucoup de ces propositions étaient faites », a-t-elle déclaré.

A LIRE  Monténégro : un coup d’État bidon ?

La maire socialiste de Lille a égratigné au passage le ministre de l’Économie Emmanuel Macron. « On ne peut pas opposer sans arrêt les Français entre eux », a-t-elle expliqué en lui reprochant d’attaquer les fonctionnaires.

Avec AFP

Première publication : 25/02/2016




AFP – France 24