Loi Travail : les Français n’y croient pas

Par la rédaction de Contrepoints.

 

Le sondage BVA-Orange-iTélé dévoile l’opinion des Français à propos de la politique du gouvernement concernant les entreprises.

Les sympathisants de la gauche jugent la politique du Gouvernement trop « Pro-business », et les sympathisants de la droite pas assez.

41% des Français estiment que la politique actuellement menée par le Gouvernement n’est pas assez favorable aux entreprises et 40% jugent qu’elle leur est trop favorable tandis que 16% seulement estiment qu’elle est juste comme il faut.

Estimez-vous que la politique actuellement menée par le gouvernement est :

sondage2

 

Cette égalité apparente entre les deux positions cache cependant un état de l’opinion défavorable au gouvernement : ses soutiens, les sympathisants de la gauche et plus spécifiquement du Parti socialiste, héritiers d’une tradition socialiste voire marxiste, jugent que sa politique est trop favorable aux entreprises (respectivement 68% et 57%) alors que ses opposants, les sympathisants de la droite, historiquement plus favorables aux intérêts du patronat, estiment en majorité qu’elle ne leur est pas assez favorable (63%).

Les Français ne croient pas que l’avant-projet de loi Travail permettra d’améliorer la compétitivité de la France et encore moins de lutter contre le chômage.

Une majorité de Français (54%) pensent que la réforme du Code du travail proposée par la ministre du Travail Myriam El Khomri ne permettra pas d’améliorer la compétitivité de la France, contre 41% qui pensent le contraire (5% ne se prononcent pas). Ils sont encore plus nombreux (67%) à croire que cette réforme ne permettra pas de lutter contre le chômage tandis qu’ils sont une très large majorité à penser qu’elle ne permettra pas non plus d’améliorer les conditions de travail des salariés (81%).

Les Français favorables à allègement des charges, à davantage de flexibilité, mais défavorables à l’augmentation de la durée de travail et à la facilitation des licenciements.

Plus de 3 Français sur 4 (77%) sont plutôt favorables à l’allègement des charges pour les entreprises et près de 6 sur 10 (59%) sont également en faveur d’une plus grande flexibilité du contrat de travail. En revanche, les Français sont une petite majorité à être plutôt défavorables à l’augmentation du temps de travail (53% versus 46%), près des deux tiers (63%) étant plutôt opposés à faciliter les licenciements pour les entreprises.

 

Alors que les sympathisants de la droite et du centre sont favorables à l’ensemble de ces 4 pistes de réforme, les sympathisants du Parti socialiste ne sont majoritairement favorables qu’à l’allègement des charges pour les entreprises (70%) et à un contrat de travail plus flexible (51% plutôt favorables, versus 46% plutôt défavorables) et opposés à l’augmentation de la durée légale du temps de travail (69%) et à la facilitation des licenciements pour les entreprises (81%). Dommage quand on sait que la rigidité du licenciement est l’un des éléments qui dissuade le plus les entreprises de créer des postes.