Par Nathalie MP

Manuel Valls (Crédits : Parti Socialiste, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Que pouvait bien penser Manuel Valls hier matin lorsqu’il a compris que la capitale de la Belgique, pays voisin, allié, ami, venait de subir deux attentats meurtriers de la main de terroristes se réclamant de l’islam radical ?

Lorsqu’il a réalisé que ceux qui versent le sang, ceux qui tuent en masse dans nos contrées occidentales, ceux qui font des morts et des blessés bien concrets qu’on peut dénommer et dénombrer, ce sont des djihadistes, des guerriers musulmans, des fous de Dieu et de la Charia ? 

Lorsqu’il a vu que cette haine – et là pas d’erreur, c’est bien de la haine ultra-consciente car elle fait des vrais morts – que cette haine nourrie par Daesh et les réseaux terroristes qui s’en réclament s’en prend toujours et toujours à l’Occident détesté ainsi qu’aux Juifs dès que cela est possible, comme on l’a bien vu en France, il y a un an avec les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher, le 13 novembre avec le Stade de France, le Bataclan et les restaurants alentours, et en 2012 avec les assassinats de Mohammed Merah ?

Lorsqu’il eut épuisé dans sa tête toutes les possibilités de détourner l’attention sur d’improbables coupables qui s’appelleraient M. Dupont ou Mme Dubois ou qui d’une façon ou d’une autres pourraient échapper au lien avec la religion musulmane  ?

Je pose ces questions, et je pose aussi la dernière, même si elle pourrait à première vue passer pour un procès d’intention à son égard. Car M. Manuel Valls, Premier Ministre de la République française, a lancé en début de semaine une campagne de lutte contre le racisme intitulée « Tous unis contre la haine » à grand renfort d’annonces sur les réseaux sociaux et dans la presse. Un message choc nous avertit : « Le racisme (l’antisémitisme, les actes anti-musulmans), ça commence par des mots, ça finit par des crachats, des coups, du sang. » Du sang ? Quel sang ?

Lutte binaire

Attention, qu’on me comprenne bien : vouloir lutter contre les préjugés poussant à la haine et surtout à des actes criminels à l’égard de tel ou tel groupe de personnes sur la base d’une ethnie, d’une couleur, d’une religion ou de comportements différents, me semble parfaitement fondé. La campagne antiraciste du gouvernement s’inscrit du reste dans un événement international qui existe depuis 1966 à l’initiative de l’ONU, la « Journée mondiale pour l’élimination de la discrimination raciale » qui a lieu chaque année le 21 mars. J’ai moi-même essayé d’écrire quelque chose à ce sujet concernant spécifiquement les noirs.

A LIRE  Les passations de pouvoir à Matignon et Beauvau en 2 minutes

Ceci étant dit, je constate cependant que Manuel Valls et Najat Vallaud Belkacem, cette dernière étant impliquée dans la « Semaine de l’éducation conte le racisme » qui a lieu au même moment, ont une façon de transposer la lutte contre le racisme à la France dans des termes tellement binaires qu’ils ne peuvent que choquer et irriter toute personne soucieuse d’équité, d’impartialité et de réalité.

En effet, que nous propose le gouvernement ? Six clips de trente secondes chacun mettant en scène des agressions racistes sur les musulmans (2 clips), les Arabes (1 clip), les noirs (1 clip) et les Juifs (2 clips), ces derniers histoire de rééquilibrer le tout, je suppose. Ces agressions sont assorties de propos racistes nourris de tous les clichés véhiculés, croit savoir le gouvernement, dans la population générale, dont on comprend assez vite que celle qui est ciblée est en fait tout ce qu’il y a de blanche et « de souche. »

Autrement dit, dans l’imagerie gouvernementale, les Français blancs judéo-chrétiens sont unilatéralement racistes et antisémites. Les victimes de tant de haine sont unilatéralement les noirs, les musulmans, les Arabes et les Juifs.

La vidéo ci-dessous présente un concentré des six clips (1′ 25″) :

Comment ne pas voir que dans cette campagne, Manuel Valls a surtout réussi à tracer une ligne de haine entre les Français : les mauvais racistes blancs d’un côté, et les victimes noires, musulmanes, juives et arabes, c’est-à-dire les bons, de l’autre ?

Comment ne pas voir qu’un flou pas du tout artistique est entretenu  à propos des Juifs dont on sait qu’ils subissent surtout l’antisémitisme islamiste qui prévaut dans les banlieues sur fond de conflit israélo-palestinien avec la bénédiction de l’extrême-gauche ? Dans les chiffres des victimes de l’antisémitisme cités par le gouvernement, figurent les Juifs tués par Coulibaly à l’Hyper Cacher en janvier 2015 : sur ce sujet précis, qui faut-il sensibiliser contre le racisme, le petit Pierre ou le petit Mohammed ?

Comment ne pas voir que sur six clips, pas un ne fait état des agressions et des incivilités perpétrées par des non-européens sur des européens ? Or ce cas de figure existe aussi. Dans certains quartiers à haute proportion de population immigrée musulmane, il ne fait pas bon être un « céfran » ou une femme blanche. Les boutiques traditionnelles ferment les unes après les autres à force de menaces et de vols, laissant la place à des commerces purement communautaires.

A LIRE  Belgique : cette gauche qui flirte avec le marxisme

La stratégie Terra Nova

Comment ne pas voir que le gouvernement est pris au piège de la stratégie électorale élaborée par le Think Tank Terra Nova au profit du Parti socialiste afin de chercher votes et soutiens auprès des populations immigrées, principalement musulmanes, pour lesquelles tous les petits accommodements furent possibles, y compris lorsqu’ils allaient ouvertement contre nos valeurs et nos principes républicains (cas des cantines, hôpitaux, piscines, séparation des femmes etc..) ?

Et comment ne pas voir que lorsque l’attentat survient, avec une régularité qui devrait faire réfléchir, et dans un bain de haine et de sang versé pas du tout symboliques, les précautions de langage du gouvernement manquent leur but apaisant en déchaînant au contraire la colère contre ce qui est perçu comme un aveuglement idéologique délétère ? Il y a une façon de mettre en garde contre l’amalgame qui pousse au contraire à l’amalgame tant on sent affleurer nettement la partialité visant toujours à exonérer les musulmans de tout, y compris de leur silence assourdissant face au crime de coreligionnaires, certes pas majoritaires, mais néanmoins criminels.

Le sang des Occidentaux

Le sang qui est au bout du racisme coule à flot, mais c’est le sang des occidentaux, des Français, des Belges, de tout ceux qui souhaitent continuer à vivre dans des pays libres éclairés par l’esprit des Lumières. Et ceux qui versent tout ce sang sont des terroristes musulmans qui ne reculent devant aucune représailles, aucune violence, pour faire prévaloir leur pouvoir cruel et obscurantiste aussi bien au Moyen-Orient que sous nos latitudes.

Si M. Valls veut réconcilier la France, s’il veut vraiment que les Français musulmans n’aient plus « honte d’être musulmans », ainsi qu’il l’avait déclaré l’année dernière, il doit nommer les coupables et condamner le crime. Il doit demander fermement aux musulmans de France de choisir leur camp. Il ne sert à rien de répéter que les musulmans n’ont rien à voir avec tout ça. Attentat après attentat islamiste, cela semble dérisoire, cela semble même insultant, c’est une véritable invite à la colère.

Quant aux musulmans qui vivent en occident, s’ils ne veulent plus avoir « honte d’être musulmans », pour reprendre les mots de Manuel Valls, ils doivent impérativement sortir de l’ambiguïté qui est la leur depuis trop longtemps, à quelques peu nombreuses exceptions près. Il est impensable de lire ou d’entendre dans la bouche d’un jeune musulman vivant en France et bénéficiant de l’Education nationale comme tous les jeunes Français, que « ces attentats, c’est triste, mais on n’insulte pas le prophète et finalement tout ça c’est quand même mérité » (condensé de propos tenus sur les réseaux sociaux). Il est même impensable de voir les musulmans silencieux, répétant seulement que « l’islam, ce n’est pas ça. »

Dans un article consacré aux suites des attentats de Paris de novembre 2015, dans lequel j’essayais de faire la part des choses dans l’injonction récurrente de notre gouvernement de « ne pas faire d’amalgame », je concluais en disant :

A LIRE  Incendie meurtrier dans un hôtel de Karachi, au Pakistan

Si les musulmans de France, dans un mouvement de solidarité héroïque avec le pays, avaient l’élan de briser la chaîne de la peur dans laquelle Daesh veut les maintenir, pour descendre en masse dans la rue afin de proclamer leur attachement aux principes de la démocratie française, ça aurait de la gueule et je serais la première à marcher avec eux.

Le temps passe, les attentats se succèdent, et les musulmans qui vivent chez nous, à quelques belles exceptions près, ne disent toujours rien.

Les musulmans qui vivent en terre d’islam souffrent et sont chassés de chez eux par la guerre et le terrorisme de Daesh. Ils viennent gonfler par centaines les rangs des réfugiés et des migrants, et arrivent dans une Europe de moins en moins disposée à les aider car complètement à cran sous le coup des attentats islamistes, même si l’on a pu voir s’exprimer la solidarité avec les victimes de Bruxelles dans plusieurs camps de réfugiés.

Les campagnes antiracistes de M. Valls, bien qu’élaborées après les attentats de 2015, sont complètement déconnectées de la réalité, tant elle font porter le poids de la haine sur les épaules des Français blancs, alors que chacun peut voir que les premiers à faire couler le sang sont des djihadistes musulmans.

Elles n’ont aucune chance de porter leurs fruits tant que les musulmans qui vivent en Occident ne rejetteront pas clairement l’emprise de l’islamisme obscurantiste et meurtrier de Daesh et tant qu’ils ne professeront pas ouvertement leur attachement à la démocratie et à la liberté.

Sur le web



Article orginal