Par Yves Montenay.

Inocent credits European Commission DG ECHO (CC BY-ND 2.0)

Pour des raisons environnementales et économiques, presque tout le monde souhaite que la population mondiale plafonne. Certains vont même jusqu’à suggérer de taxer les naissances à titre dissuasif.

Le problème est que la planète est divisée entre pays de comportements démographiques très différents, et que raisonner sur des moyennes n’a pas de sens.

  • d’une part c’est en Afrique subsaharienne et quelques autres pays que la fécondité baisse trop doucement pour que l’on voit apparaître un plafonnement avant plus d’un siècle. En schématisant, l’Afrique est passée d’un modèle de huit enfants par femme, dont six mouraient, donc une population plus ou moins stable, à un modèle de 5,5 enfants par femme (et 7 dans certains pays), dont 0,5 ne survit pas, soit une multiplication par 2,5 par génération. Il faudrait tomber à environ deux enfants, ce qui  viendra peut-être, mais quand ? Je ne vois pas très bien comment une taxe pourrait changer le comportement d’un agriculteur au fond de sa brousse où les enfants sont une ressource plus qu’une charge. Si la fécondité baisse néanmoins, c’est du fait de l’urbanisation, car l’enfant a alors un coût. De toute façon, je vois mal un gouvernement africain arriver concrètement à prélever une taxe sur chaque naissance dans des familles en majorité extrêmement pauvres. Sans parler du fait que les gouvernements et les églises, notamment chrétiennes, sont hostiles à une limitation des naissances et qu’un Africain est bien plus religieux qu’un Européen.
fecondite-mondiale-2006

La fécondité mondiale (2006) source Wikipedia
  • d’autre part un nombre croissant de pays ont nettement moins de deux enfants par femme, et leur population diminue ou va diminuer : Chine, Russie, une grande partie de l’Asie orientale et de l’Europe…  et l’Iran, que je cite pour démentir l’idée d’une fécondité musulmane forcément élevée. Cette diminution se fait PAR LE BAS DE LA PYRAMIDE DES ÂGES. Mathématiquement il faut donc soit PLUS d’enfants, soit supprimer les vieux, soit transformer les vieux en jeunes en reculant massivement l’âge de la retraite, soit demander à tous les couples de moins de 40 ans d’adopter un enfant africain… Je ne vois pas bien le rôle d’une taxe dans chacune de ces hypothèses …. Sauf peut-être taxer massivement les retraités de moins de 70 ans pour les inciter à travailler,
  • une minorité de pays sont en situation intermédiaire hors immigration : la France, les États-Unis, le Maghreb… La population n’y augmente que du fait des vieux, et ils auront donc, en moins fort et plus tard, les mêmes problèmes que les précédents.
A LIRE  Présidentielles : Hollande renonce

Bref, une taxe n’est possible que dans des pays pas trop pauvres, c’est-à-dire ceux où l’on manque d’enfants, et elle ne l’est pas là où il y en a « trop ».

… Rien n’est plus menteur qu’une moyenne !

Sur le web



Article orginal