« Nous n’avons jamais eu l’impression que le gouvernement égyptien veut coopérer sérieusement », dénonce le père du chercheur italien assassiné le 15 janvier.



A LIRE  Pourquoi la participation va être le premier enjeu de la primaire à gauche