Dans un entretien fleuve accordé au magazine Society, publié vendredi 29 avril, le premier ministre Manuel Valls revient sur sa position au sein du Parti socialiste et de la gauche, sur son action à la tête du gouvernement ainsi que sur le cas du ministre de l’économie Emmanuel Macron.

Lire aussi : Manuel Valls, l’autorité pour seule stratégie

  • Sa légitimité au poste de premier ministre

« Si j’ai été nommé premier ministre, ce n’est pas uniquement parce que j’ai de l’énergie ou que je devais faire du Valls pour reprendre les mots de François Hollande, mais parce que j’étais en phase avec ce qui venait d’être engagé » début 2014, affirme ainsi l’intéressé.

M.Valls estime aujourd’hui qu’il « rassemble à gauche ». Qu’importe donc les 5 % qu’il a réalisés lors de la primaire du Parti socialiste en amont de la présidentielle de 2012. « On peut être minoritaire à un moment et se trouver plus tard en position de rassembler », justifie-t-il.

  • « Le “ni droite ni gauche” est dangereux »

Défendant le fait que la gauche se pose la « question identitaire », qui sera selon lui au cœur du débat de la présidentielle de 2017, il regrette que celle-ci n’ait apporté que des réponses économiques et sociales. Les débats de société, comme ceux « sur l’école, sur la place de l’islam, sur le voile, sur la jeunesse » sont pour lui fondamentaux. Ils « interrogent profondément ce que nous sommes ».

Lire aussi : Vers la fin du clivage gauche-droite ?

« Le ni droite ni gauche est dangereux », estime M. Valls, qui défend toutefois la nécessité d’« apprendre à gouverner autrement ». Le chef du gouvernement fait allusion à la présence probable du Front national au second tour de la présidentielle : quel que soit le vainqueur « il ne pourra pas faire comme s’il n’y avait pas eu cette élection ».

  • Le débat politique ne se fait plus entre la droite et la gauche
A LIRE  3 erreurs dans le programme de François Fillon

« C’est plus difficile d’être à gauche que d’être à droite, c’est plus difficile de gouverner quand on est à gauche parce qu’il y a en permanence une interpellation morale », fait valoir M. Valls. Pour lui, « une partie de la gauche » reste « mal à l’aise » avec l’exercice du pouvoir.

Il déplore par ailleurs que le débat politique actuel se fasse au sein des familles politiques d’une même nuance et non avec l’opposition. « Il a lieu au sein de la droite parce qu’il y a la perspective de la primaire, il a aussi lieu au sein de la gauche ou des gauches procès en trahison, primaire ou pas, interrogation sur la candidature de François Hollande, etc. mais le débat n’a pas lieu entre la droite et la gauche ! C’est un comble ! Et le Front national prospère sur ce silence. »

A propos de la campagne à venir, il reconnaît qu’« il va falloir être capable d’expliquer que oui, sur certains sujets, nous avons changé, que ça ne correspond pas forcément à tel ou tel engagement ». Il ajoute que M. Hollande a été élu en 2012 parce qu’il apparaissait comme le meilleur rempart contre un deuxième mandat de Nicolas Sarkozy, mais aussi pour sa « crédibilité » notamment sur les questions économiques et budgétaires.

Toutefois juge le premier ministre, « il faut être capable d’analyser sa propre action et reconnaître ses erreurs ». Et de citer en exemple le timing et la manière dont a été présentée la « loi Travail ». Il estime également que son camp a « sous-estimé à quel point la société française était fracturée ».

Lire aussi : Entre 170 000 et 500 000 personnes manifestent en France contre la « loi travail »

  • Au sein du gouvernement, il faut « du jeu collectif »
A LIRE  Faillite de Viadeo : c’est aussi votre argent qui est parti en fumée

Interrogé en tant que chef de gouvernement sur « l’émancipation d’un ministre », M. Valls estime : « Qu’il y ait des talents, des expressions différentes, ce n’est pas un problème. En revanche, ce que je crois profondément, c’est qu’il y faut du jeu collectif. »

S’il assure ne pas vouloir faire un « procès » au ministre de l’économie Emmanuel Macron, qui a lancé en avril son mouvement politique ni à droite ni à gauche « En Marche ! », il souligne néanmoins qu’« il ne peut pas y avoir dans l’équipe gouvernementale ceux qui sont à la tâche tous les jours, qui sont mobilisés pour la réussite du quinquennat, et ceux qui ont un autre agenda ».

Lire aussi : « C’est au président de la République de traiter » le cas Macron, juge Valls