A l’issue de la 38e et dernière journée du championnat espagnol, samedi 14 mai, le FC Barcelone a décroché son 24e titre de champion d’Espagne, le deuxième d’affilée, devançant le Real Madrid grâce à une victoire 3-0 à Grenade et un triplé de Luis Suarez. L’Atletico Madrid termine troisième.

Après avoir survolé la Liga pendant sept mois puis manqué de tout perdre en avril, le Barça a tenu bon dans une fin de saison haletante, avec l’appui de son avant-centre uruguayen, auteur de 14 buts sur les cinq dernières journées et de 40 unités au total.

Lire aussi : Football : les raisons de la suprématie de la Liga sur l’Europe

Le club blaugrana (1er, 91 points) a résisté au retour du Real de l’entraîneur français Zinédine Zidane (2e, 90 points), qui a battu en vain La Corogne (2-0) avec un doublé de Cristiano Ronaldo. Cette place de dauphin s’avère honorable pour l’entraîneur français, qui avait hérité d’un Real en pleine crise à sa nomination en janvier et aura une autre occasion de décrocher son premier trophée comme technicien lors de la finale de la Ligue des champions le 28 mai.

C’est d’ailleurs peut-être en prévision de ce grand rendez-vous contre l’Atletico Madrid à Milan que Ronaldo est sorti à la pause à La Corogne, par précaution selon la presse espagnole, alors que le titre était perdu et le trophée de meilleur buteur aussi.

Sixième titre en huit ans

Pour le Barça, leader depuis janvier et invaincu pendant 39 matches officiels d’octobre à mars (record espagnol), cette sixième Liga en huit ans atténue un peu la déception de l’élimination en quart de finale de Ligue des champions subie en avril face à l’Atletico (2-1, 0-2). « Six Ligas sur huit, cela en dit long sur le cycle que nous entretenons. Nous allons essayer de le prolonger le plus possible », a réagi le capitaine Andres Iniesta.

A LIRE  Élections ce dimanche en Autriche : la défaite de la liberté ?

A défaut de reproduire le triplé Liga-Coupe-C1 réussi en 2015, les Catalans peuvent désormais boucler leur saison sur un doublé s’ils remportent la finale de la Coupe du Roi le 22 mai contre Séville.

Pour la première fois depuis 2009, le meilleur buteur de la Liga n’est ni le Portugais Ronaldo, ni l’Argentin Messi

L’entraîneur Luis Enrique avait prévenu ces derniers jours que le vainqueur de la Liga serait le club « le plus régulier ». Mis à part un trou d’air de trois défaites début avril, le Barça termine la saison avec la meilleure attaque (112 buts) devant le Real Madrid (110 buts) et la deuxième meilleure défense (29 buts encaissés) derrière l’Atletico Madrid (18 buts concédés).

Bondissant en cercle sur la pelouse de Grenade au coup de sifflet final, les joueurs barcelonais pouvaient savourer ce titre. Mais leur joie était sans doute mêlée de soulagement tant les dernières journées ont été éprouvantes. Barcelone a néanmoins démontré samedi par son sérieux et son efficacité qu’il méritait bel et bien le titre. Avec un Neymar dynamiteur et un Messi organisateur, Suarez s’est réservé le rôle du finisseur, signe d’une répartition des rôles harmonieuse entre les trois têtes du trio offensif « MSN ».

Luis Suarez, meilleur buteur

Sous pression pendant un quart d’heure après l’ouverture du score de Ronaldo à La Corogne (7e), le Barça a réagi sur une action initiée par Neymar, poursuivi par Jordi Alba et conclue du plat du pied par Suarez (22e). L’Uruguayen a récidivé d’une tête au premier poteau après un centre de Dani Alves (38e) et il a scellé le score après une offrande de Neymar (86e).

A LIRE  Analyse. Comment le renoncement de Hollande peut profiter à Macron

Bref, Luis Suarez a fini la saison en trombe : 14 buts sur les cinq dernières journées. La consécration de l’Uruguayen comme pichichi devant Ronaldo (35 buts) et Lionel Messi (26 buts) est un petit événement en Espagne puisque pour la première fois depuis 2009, le meilleur buteur de la Liga n’est ni le Portugais, ni l’Argentin (trois trophées chacun). Et le Barça peut lui dire merci.

Le « Pistolero » succède ainsi au palmarès à un autre Uruguayen, Diego Forlan, sacré en 2009. Ce trophée lui assure aussi au passage le soulier d’or de meilleur buteur des championnats européens, une récompense déjà obtenue en 2013-2014 avec Liverpool, à égalité avec Ronaldo (31 buts chacun).