Deux semaines avant les attentats de Bruxelles, Justin Shults s’était rendu dans son Tennessee natal au chevet d’une grand-mère souffrante. Il y avait laissé un livre évoquant la quête de paix intérieure d’un homme après la mort brutale de son épouse. L’auteur, Paul Stutzman, avait choisi à cet effet les 3 500 kilomètres de la randonnée des Appalaches ; ce sentier passe à proximité de la ville de Gatlinburg, qui a vu grandir Justin Shults. Un mouchoir en papier marquait une page consacrée au récit de la pire tempête traversée par le marcheur pendant son périple.  « Il connaissait bien ce sentier, il en avait parcouru des étapes », confie sa mère, Sheila Shults.

Son fils a été tué, quelques jours après ses 30 ans, ainsi que sa femme, Stephanie, à l’aéroport de Bruxelles.

Lire aussi le portrait de son épouse : Stephanie Shults, 29 ans #EnMémoireBruxelles

Major de promotion de son lycée, grand amateur de tennis et d’escalade, il avait rencontré Stephanie à l’université Vanderbild de Nashville, où il était membre de la fraternité Beta Gamma Sigma. Ils avaient tous les deux suivi la même formation, à l’Owen Graduate School of Management, de 2008 à 2009. Marié en 2011, comme d’autres étudiants d’une promotion très soudée, selon le témoignage d’un de ses membres, Stewart Riggs, garçon d’honneur lors de la cérémonie, Justin Shults avait rejoint au terme de ses études la société de conseil Ernst & Young, pendant deux ans, puis Clarcor, un groupe spécialisé dans les filtres industriels, ce qui lui avait permis de revenir dans le Tennessee.

A LIRE  Une dérive de l’intelligence artificielle est-elle possible ?

Pour peu de temps… car en juin 2014, le jeune homme s’installait en effet à Bruxelles, où avait été nommée Stephanie. Clarcor, qui avait acquis un an plus tôt une société belge également spécialisée dans les filtres industriels, avait facilité les choses en lui créant un poste sur mesure. « Jusqu’à sa rencontre avec Stephanie, Justin voyageait peu, elle lui avait fait partager cette passion », raconte Sheila Shuts. Ce goût devenu commun les avait conduits vers d’autres grandes villes européennes : Paris, Londres, Munich… Son ami Stewart Riggs et son épouse avaient ainsi accompagné le couple en 2015 à Barcelone, à l’occasion du Grand Prix de formule 1 qui se tenait dans la capitale catalane. Un prochain voyage était prévu en Finlande.

Le couple, qui avait passé sa lune de miel au Costa Rica, envisageait de parcourir ainsi l’Europe pendant quatre à cinq ans avant de rentrer aux Etats-Unis. Pour tromper cette attente et après avoir un peu hésité, Sheila Shults s’était enfin décidée à rendre visite à son fils en Europe. Il n’y aura pas de voyage du Tennessee vers la Belgique, cet été.

Lire aussi : Le Mémorial aux victimes des attentats de Bruxelles