Le langage se durcit à l'égard des grévistes.
 

Depuis le début des blocages, certains politiques s’emploient à décrédibiliser les grévistes et la CGT. En utilisant le champ lexical du terrorisme et de la guerre.