The Neon Demon : 5 BO incontournables de Cliff Martinez

Cliff Martinez en 5 bandes originales

Cliff Martinez, musicien et compositeur new-yorkais, est né dans le Bronx en 1954. Au début des années 1980, il est le batteur des Red Hot Chili Peppers, avec qui il enregistre deux albums. Assez rapidement, il quitte le groupe de rock et se consacre à la composition de musiques de films. L’ensemble de sa carrière est marquée par sa fidèle collaboration avec le cinéaste Steven Soderbergh. Depuis Drive, il travaille également sur les films de Nicolas Winding Refn. Dernière création en date née de cette association : la bande originale de The Neon Demon. Retour sur son univers en cinq bandes originales. 

Sexe, mensonges et vidéo : la naissance

Premier film de Steven Soberbergh, Sexe, mensonges et vidéo est aussi la première bande originale composée par Cliff Martinez. Il marque le début d’une longue et fructueuse collaboration entre les deux hommes, qui se poursuit encore aujourd’hui (le musicien est notamment a l’origine de la BO géniale de la série de Soderbergh The Knick encore en cours de production). Le compositeur américain signe une BO assez planante et plutôt sobre pour illustrer ce thriller sentimental sur fond de voyeurisme couronné en 1989 de la Palme d’or lors du 42ème Festival de Cannes. 

 

Solaris : l’affirmation

En 2002, Steven Soderbergh réalise, trente ans après Andreï Tarkovski, une nouvelle adaptation du roman Solaris de Stanislas Lem. Il fait logiquement appel à Cliff Martinez pour créer la musique originale du film. Aujourd’hui, Solaris est considéré par beaucoup comme la meilleure BO de Cliff Martinez, la plus aboutie, et se caractérise comme l’affirmation de son style musical, qui allie sons électroniques, samples et orchestrations. Quelque chose de très aérien s’en dégage. 

 

Drive : la révélation

Pour la bande originale de Drive, qui met en vedette un Ryan Gosling plus taiseux que jamais, Nicolas Winding Refn, qui adore la BO de Sexe, mensonges et vidéo, choisit Cliff Martinez. Il réalise 14 morceaux dans un style électro-pop, qui donne énormément d’ampleur au film. Egalement portée par des titres électro comme « Nightcall » de Kavinsky et « A Real Hero » de College et Electronic Youth, la BO de Drive devient un véritable phénomène. 

 

Spring Breakers : le plaisir

Bande originale incontournable que celle de ce trip hypnotique et clipesque sur la vacuité de la jeunesse réalisé par Harmony Korine : Spring Breakers. Composée par Cliff Martinez et Skillex, elle alterne par ailleurs les phases hypnotiques (les nappes entêtantes de Martinez) et les phases clipesques (le son électro-harcore de Skrillex) et participe pleinement de l’atmosphère extatique du film. Jouissif. 

 

The Neon Demon : l’envoûtement

Après Drive et Only God Forgives, The Neon Demon est la troisième collaboration entre Nicolas Winding Refn et Cliff Martinez. Pour cette critique acerbe du monde de la mode, film d’ambiance à la photographie épatante, le compositeur imagine une BO envoûtante, pendant sonore à l’univers visuel unique du cinéaste danois. 

 

La Bande-annonce de The Neon Demon :

The Neon Demon Bande-annonce

 



Cet article a trouvé sa source chez nos confrères Allo Ciné