D’intenses raids aériens du régime syrien ont empêché vendredi 10 juin la distribution des vivres contenus dans le tout premier convoi de nourriture à entrer dans la ville de Daraya, située à 10 km au sud-ouest de Damas, assiégée depuis 2012. Une situation dénoncée par le ministre des affaires étrangères français à New York, qui a relevé « la duplicité » du régime de Bachar Al-Assad.

« Ma réaction est une réaction d’indignation, au point que je n’arrive pas à trouver les mots pour la décrire », a déclaré M. Ayrault. « A force d’insister pendant des semaines et des semaines pour que l’aide humanitaire parvienne à cette ville qui est une ville martyre (…), le régime finit par dire oui, a-t-il rappelé. Mais l’accès commence et les bombes repartent, donc nous avons la démonstration de la duplicité de ce régime. »

Le 12 mai dernier, la population de Daraya avait déjà été bombardée alors qu’un convoi d’aide devait être acheminé.

Lire aussi : Le régime syrien bombarde Daraya pendant une opération humanitaire

Pour M. Ayrault, la situation actuelle « est une raison de plus pour reprendre la voie politique avec une grande détermination » dans le cadre du Groupe international de soutien à la Syrie (GISS), qui comprend les grandes puissances, « pour voir ce que nous pouvons faire vraiment d’efficace ». « J’aurai l’occasion, a-t-il ajouté, d’en rediscuter avec mes partenaires européens, américains et russes le plus vite possible car il y a urgence. »

Le GISS est né à l’automne 2015 à Vienne et se compose de 17 pays et trois organisations multilatérales, soutiens de l’opposition syrienne et du régime de Damas. Ce groupe est coprésidé par les Etats-Unis et la Russie et comprend aussi l’Iran, l’Arabie saoudite et les puissances européennes.

A LIRE  Royal: "Grâce à Fidel Castro, les Cubains ont récupéré leur territoire, leur vie"

« Crimes contre l’humanité » du régime

« La situation est dramatique, a encore déclaré M. Ayrault, car le régime, malgré ses déclarations, choisit jour après jour de continuer à attaquer son propre peuple. […] Il n’y a plus de cessez-le-feu, il faut le dire, il y a des tirs et des bombardements quotidiens avec des barils de dynamite qui vont directement sur les civils. »

« Le régime a commis des crimes contre l’humanité dans le cadre d’une politique d’Etat systématique », a encore affirmé le ministre, soulignant que la France « va continuer à pousser pour que les auteurs rendent des comptes ».

Dans la nuit, neuf camions ont déchargé dans Daraya « une aide alimentaire, dont des aliments secs et des sacs de farine, de l’aide non alimentaire ainsi que de l’aide médicale », selon le directeur des opérations du Croissant-Rouge syrien. Ce responsable a indiqué que les vivres suffisaient « pour un mois ».

Selon les Nations unies, les colis alimentaires sont destinés à 2 400 personnes. Le convoi transportait aussi des produits sanitaires et hygiéniques et de l’eau potable. Mais pour les habitants, le compte n’y est pas car si l’ONU considère qu’il y a 4 000 habitants à Daraya, le conseil local assure que c’est le double qui réside dans ce bastion de la rébellion.

Lire aussi : Les conditions de vie jugées désespérées dans les zones assiégées en Syrie