Par Éric Verhaeghe.

Dans une note lapidaire publiée notamment par Mediapart, des économistes atterrés livrent des considérations atterrantes sur la généralisation de la complémentaire santé, dont la conclusion est simple : il faut instaurer un remboursement des dépenses de santé à 100% et supprimer les complémentaires !

 

Une absence complète d’analyse scientifique

Si chacun pourra juger de la visée idéologique des auteurs de la note, issus d’un « laboratoire » universitaire, le peu de sérieux scientifique dans la démarche laisse pantois. La note constate en effet une évidence : la généralisation de la complémentaire santé ne vient pas à bout de tous les cas d’assurés sociaux non couverts par une complémentaire santé. Par une pirouette étonnante, les auteurs affirment sans le moindre élément de preuve que la situation de ces derniers va se détériorer du fait de la généralisation.

De façon encore plus stupéfiante, les auteurs affirment sans un seul élément d’expérience concret que le libre choix de l’assureur par les entreprises, après la suppression des désignations, renchérit les prix au lieu de les modérer. C’est bien connu ! Plus un marché est concurrentiel, plus les tarifs sont élevés.

On ne s’étonnera d’ailleurs pas de voir les auteurs n’apporter aucun élément de preuve à cette assertion, puisqu’elle est contraire à la réalité. Depuis l’été 2014, en effet, la concurrence a permis de stabiliser les tarifs conventionnels. En revanche, il est beaucoup plus confortable d’affirmer le contraire pour des raisons purement idéologiques, et de nourrir ainsi la doctrine du 100% Sécu.

A LIRE  Ligue 1 : le Paris Saint-Germain se repositionne à la deuxième place

Une offensive idéologique en bonne et due forme

Cette note, qui illustre une fois de plus le peu de sérieux universitaire français, participe à l’offensive idéologique sur le retour des désignations, pourtant jugées contraires à la liberté d’entreprendre par le Conseil Constitutionnel. Rappelons que ce retour n’est certainement pas motivé par des considérations d’intérêt général, mais vise essentiellement à préserver le financement occulte des organisations syndicales sur le dos des salariés.

Les amateurs de « guerre idéologique » regarderont la méthode avec amusement. Les Économistes Atterrés, qui ne cachent pas leur volonté de peser dans une lutte très politique contre « l’orthodoxie néo-libérale » dévoilent ici le vrai visage de leur combat : se mettre au service des intérêts particuliers qui utilisent la cause de la « solidarité » pour nourrir leurs fromages. La leçon mérite d’être retenue : même dans la lutte idéologique, la syndication est devenue la règle.

Les dangers du 100% Sécu

Ceux qui utilisent des groupes d’influence comme les Économistes Atterrés pour mener leur combat contre le libre choix de l’assureur en complémentaire santé devraient se méfier des dommages collatéraux qui se préparent. Dans l’esprit des détracteurs de la libre concurrence, la désignation n’est rien d’autre qu’un pis-aller, une sorte d’étape préparatoire avec le passage à une nationalisation complète du système.

Or, chacun perçoit l’absurdité économique et sociale de cette option. Le remboursement à 100% accélère la dé-responsabilisation des acteurs et dégrade automatiquement les performances de la protection sociale, puisqu’elle interdit toute mitigation du risque. En outre, le remboursement à 100% tuera les groupes paritaires. Et c’en sera fini des postes de délégués généraux à 50.000 euros par mois, voire plus, au nom de l’intérêt des salariés.

A LIRE  Une Présidente Le Pen, le coup de grâce pour l’Europe ?

Sur le web



Article orginal