Par Michel Gay.

Eoliennes By: OliBacCC BY 2.0

Selon la délibération de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) publiée le 13 juillet 2016, plus de 5,6 milliards d’euros d’argent public seront nécessaires en 2017 pour subventionner uniquement les énergies renouvelables. L’augmentation sera de plus de 10% par rapport aux prévisions pour 2016 (5,1 milliards d’euros) et de plus de… 34% par rapport à 2015 (plus de 4,2 milliards d’euros).

En trois ans, 15 milliards d’euros (!) seront partis en fumée pour subventionner principalement (plus des deux tiers) des éoliennes et des panneaux photovoltaïques qui produisent de manière aléatoire et intermittentes moins de 10% de notre électricité. Et cela, juste pour satisfaire des intérêts 100% particuliers. Quelle erreur stratégique pour les Français qui vont payer pendant au moins 20 ans cette immense bêtise.

Mieux encore, selon la CRE, le total des subventions appelées « charges de service public pour l’énergie » (de 2015 à 2017) s’élèvera à plus de 22 milliards d’euros en trois ans !

La facture des énergies renouvelables s’alourdit

Enfin, si on y ajoute la « mise à jour de la prévision des charges pour 2016 » (0,4 milliards d’euros) et un retard de paiement appelé « déficit de compensation d’EDF » (1,3 milliards d’euros) dus aussi aux énergies renouvelables, la facture s’élèvera à près de 24 milliards d’euros, dont plus de 70% seront dus uniquement aux énergies renouvelables.

Pour faire bonne mesure, il faudrait aussi ajouter les coûts conséquents du nécessaire renforcement des réseaux électriques et les subventions complaisantes pour soutenir des études fumeuses sur les énergies renouvelables et le stockage d’énergie.

A LIRE  L’enquête PISA sur le niveau scolaire des élèves suscite des débats dans le monde entier

Une spirale infernale de dépenses folles et inutiles a été magistralement engagée par le lobby des énergies renouvelables.

Qui saura arrêter cette hallucinante gabegie ?

 



Article orginal