Un double attentat dans une station balnéaire de Thaïlande a fait un mort et 19 blessés, dont des touristes étrangers, dans la nuit de jeudi 11 à vendredi 12 août, a annoncé la police« La première bombe a explosé en face d’un pub » situé dans une zone touristique de Hua Hin, à deux heures de Bangkok, a déclaré un responsable de la police locale, sous couvert d’anonymat. La deuxième bombe a explosé trente minutes plus tard, à une cinquantaine de mètres de là. Une Thaïlandaise a été tuée. Sur les dix-neuf blessés, sept sont des étrangers, dont deux Néerlandaises. Trois personnes sont dans un état grave.

Hua Hin est une station balnéaire prisée des touristes, mais aussi des locaux. Ils étaient d’ailleurs nombreux à être partis jeudi soir sur les côtes du pays, en ce début de long week-end férié – vendredi marquant l’anniversaire de la reine. Hua Hin, avec son front de mer envahi par les grands hôtels internationaux et les bars de nuit, est aussi la résidence d’été de la famille royale.

Pour l’heure, la double explosion n’a pas été revendiquée, comme c’est souvent le cas en Thaïlande. Les conflits commerciaux et politiques s’y règlent souvent par des jets de grenades et autres engins explosifs, mais la police n’exclut aucune piste. « L’enquête est encore en cours pour faire la lumière sur le type de bombe et les motivations » de cette attaque, a déclaré un responsable de la police.

Insurrection de musulmans indépendantistes

Le dernier attentat d’ampleur dans le pays remonte à août 2015, vingt personnes, dont de nombreux touristes chinois, avaient alors été tuées dans l’explosion d’une bombe en plein Bangkok. Aucune revendication n’a cependant été faite. La piste d’une attaque par un groupe lié à la minorité musulmane ouïghoure de Chine est privilégiée, mais sans lien avec le terrorisme international islamiste.

A LIRE  3 erreurs dans le programme de François Fillon

La seule région habituellement touchée par les explosions de bombes artisanales est l’extrême sud de la Thaïlande, à la frontière malaisienne. Une insurrection de musulmans indépendantistes y a fait des milliers de morts depuis une dizaine d’années. Les attaques y sont fréquentes, visant notamment les militaires thaïlandais. Mais jusqu’ici, ces derniers n’ont pas revendiqué d’attentats en dehors de leur région, dans ce pays sous régime de junte militaire depuis un coup d’Etat en 2014.

Lire aussi : A Bangkok, une Constitution au service de la junte