L’homme qui a attaqué samedi 13 août des passagers à bord d’un train suisse est mort à l’hôpital où il était soigné pour de graves brûlures, a annoncé la police régionale de Saint-Gall (nord-est) dans un communiqué, dimanche. L’une de ses six victimes, une femme de 34 ans qui se trouvait dans un état critique, est également morte dans la matinée.

Le Suisse de 27 ans avait mis le feu au wagon d’un train circulant dans le nord-est de la Confédération helvétique et poignardé des passagers.

Lire aussi : Plusieurs blessés dans l’attaque d’un train en Suisse

Pas de piste terroriste

Son mobile reste obscur et aucune hypothèse n’a été avancée pour expliquer cette attaque qui a eu lieu vers 14 h 20, près de la gare de Salez, le long de la frontière avec le Liechtenstein. « A l’heure actuelle, il n’y a aucun indice montrant que cet acte est terroriste ou motivé politiquement », affirme un communiqué de la police régionale de Saint-Gall. Les procureurs de la ville ont ouvert une enquête criminelle.

Parmi les cinq blessés hospitalisés pour des brûlures ou des blessures au couteau, une femme et une petite fille sont encore dans un état grave.

Un autre blessé n’était pas un passager, mais un homme qui se trouvait sur le quai à la gare de Salez. Il s’est précipité à l’intérieur de train, lors de son entrée en gare, pour en sortir l’agresseur dont les vêtements étaient en feu, a raconté la police.

A LIRE  Les renseignements britanniques ont surveillé le patron d’OVH, premier hébergeur européen