Usain Bolt ne laisse que des miettes à ses adversaires. Jeudi 18 août, au stade olympique de Rio, le Jamaïcain n’a pas forcé pour remporter sur 200 m sa deuxième médaille d’or, la huitième de sa carrière olympique. Le Canadien Andre De Grasse est deuxième, une place de mieux que lors du 100 m dimanche dernier.

Le Français Christophe Lemaitre a réalisé une superbe performance en décrochant la troisième place, dans le même centième qu’Adam Gemili (20 s 12). Il a devancé aux millièmes le Britannique et d’un centième le Néerlandais Churandy Martina (20 s 13). Quelques minutes après l’argent de Kévin Mayer au décathlon, le sprinteur de Culoz apporte une sixième médaille à l’athlétisme tricolore, le meilleur bilan depuis les Jeux de Londres en… 1948 (8 médailles dont deux en or). Altruiste, il a pensé à aller consoler le quatrième, battu par une marge infinitésimale : « Si ça avait été moi, je serais dévasté. Je pense à la douleur qu’il doit ressentir. Ça doit être dur. »

Lemaitre, toujours aussi à l’aise lors des grands rendez-vous, est le premier sprinteur français médaillé olympique d’une épreuve individuelle depuis Abdoulaye Seye en 1960 à Rome (lui aussi médaillé de bronze du 200 m). « C’était une course vraiment dure. Je pensais passer vite devant Churandi Martina, mais il m’a bien résisté, jusqu’à la fin. J’ai cassé un peu trop tôt et ça a failli me coûter cher. C’est ce cassé qui m’a permis d’avoir le petit millième devant Adam Gemili, et le centième devant Martina », a-t-il déclaré au micro de France Télévisions.

A LIRE  Des youtubers réclament goulûment une jolie taxe

Dans cette finale où ne figuraient pas certains cadors, écartés en demies – à l’image de l’Américain Justin Gatlin et du Jamaïcain Yohan Blake –, Christophe Lemaitre monte sur le premier podium individuel olympique de sa carrière. Il était médaillé de bronze à Londres avec le relais 4 × 100 m. Le Français s’était qualifié la veille en réalisant le quatrième meilleur chrono des demies (20 s 01). Pour obtenir la médaille de bronze mondiale en 2011 à Daegu, le sprinteur tricolore avait couru en 19 s 80. « C’est la plus belle, surtout de là où je viens. Les deux dernières années ont été très dures. J’ai connu des blessures. Je renais, c’est une résurrection. Ça prouve que tout le travail que j’ai fait, malgré ce que l’on en dit, ça a fini par payer au bon moment. Je suis très satisfait », a livré Lemaitre.

Christophe Lemaitre a pris la troisième place jeudi derrière Usain Bolt et Andre De Grasse.

Clameur assourdissante

Superstar de ces Jeux olympiques, Usain Bolt est le seul athlète à presque remplir le stade olympique de Rio. Lorsqu’une finale est programmée avec la « Foudre », les organisateurs peuvent se frotter les mains, eux qui ne peuvent que constater les gradins aux trois-quarts vide le reste du temps.

Fervent pour ses athlètes – le perchiste Renaud Lavillenie s’en est assez plaint après sa finale perdue lundi –, le public carioca considère le Jamaïcain comme l’un des siens. A chacune de ses apparitions, la clameur est assourdissante. Et l’octuple champion olympique n’est pas avare de démonstrations cabotines envers ses adorateurs. Ses célébrations et son insolente facilité font le bonheur quasiment hystérique des spectateurs.

A LIRE  Les passations de pouvoir à Matignon et Beauvau en 2 minutes
Le dentiste Lucio Monteiro est le fan brésilien de Usain Bolt le plus connu.

Déjà victorieux du 100 m, dimanche 14 août, le Jamaïcain n’est désormais plus qu’à une étape de sa quête olympique de « triple-triplé », avant la finale du 4 × 100 m, samedi. Il partira évidemment à nouveau favori, alors que son pays écrase les épreuves de sprint depuis le début des compétitions. Sur 100 m et 200 m, hommes et femmes confondus, la Jamaïque a remporté tous les titres décernés à Rio, grâce à Bolt et Elaine Thompson. Le Jamaïcain risque toutefois de perdre à l’avenir une de ses médailles d’or, en raison du contrôle positif a posteriori d’un de ses coéquipiers, Nesta Carter, sur le relais de Pékin 2008.