Michael Douglas et la tradition hollywoodienne, Diane Keaton reine des pleurs sur commande, Rob Reiner acteur improvisé… 5 choses à savoir sur « Ainsi va la vie »

Le secret d’un bon film

Pour Rob Reiner, l’expérience même du tournage est aussi essentielle que le scénario ou le jeu des acteurs pour faire un bon film. « En fin de compte, il faut surtout en faire une bonne expérience. Le film en soi, le produit fini, est destiné au public. C’est leur expérience. Mais celle des gens présents sur le plateau est de faire le film, donc je veux qu’elle soit aussi agréable, créative et amusante que possible », déclare le cinéaste.

Tradition hollywoodienne

Pour Michael DouglasAinsi va la vie s’inscrit dans la lignée de La Guerre des Rose et des films hollywoodiens qui donnent la part belle à l’écriture des personnages dans les années 1980-1990. Après avoir tourné Le Président et Miss Wade déjà avec Rob Reiner en 1995, il semblait donc tout naturel à l’acteur de retrouver le réalisateur en 2014, pour un film qui lui permettrait de retrouver le cinéma qui a fait sa gloire.



Michael Douglas, Diane Keaton

Botte secrète

Diane Keaton a sa propre technique pour arriver à pleurer sur commande, comme le requiert son personnage dans Ainsi va la vie« La musique. Je me mets cette musique dans les oreilles. Je l’écoute aussi fort que possible pour que l’émotion monte. Et le plus longtemps possible jusqu’à ce que quelqu’un me tapote sur l’épaule », explique l’actrice. « Forcément, je ne les entends plus dire « Action »… Donc quelqu’un me tapote sur l’épaule et j’arrache mes écouteurs, je les jette par terre, ce que je ne devrais pas faire. Et parfois, je me fais disputer parce qu’on entend encore la musique pendant que je joue ou que je pleure sur le plateau. C’est ma technique. C’est pitoyable. Et ça agaçait Michael. Je peux être une vraie plaie. [Rires] »

Système D

Le réalisateur Rob Reiner apparaît dans son propre film dans le rôle d’Artie. Il avait en effet besoin d’un acteur disponible immédiatement et à peu de frais… Le plus simple était alors de se dévouer et passer devant la caméra.



Michael Douglas, Diane Keaton

Les femmes dans le cinéma de Rob Reiner

Michael Douglas a participé à l’écriture et à l’évolution de son personnage dans Ainsi va la vie« Michael voulait un personnage assez désagréable et un peu perché qui puisse se transformer au moment où il reprend goût à la vie », explique Rob Reiner. Le réalisateur constate l’importance de ses personnages féminins dans son cinéma : « J’aimais l’idée de cette influence féminine, que ce soit la petite fille ou le personnage de Diane Keaton. Je crois qu’en général, les femmes sont plus mûres émotionnellement et plus évoluées que les hommes. Les hommes ont besoin des femmes pour comprendre ce qui est important et pour les aider à grandir. Dans beaucoup de mes films, c’est ce qui se passe. La femme sait ce qu’elle veut, ce qui est important, et l’homme s’évertue comme un benêt à essayer de comprendre. Il en prend enfin conscience grâce à la femme ».



Cet article a trouvé sa source chez nos confrères Allo Ciné

A LIRE  Papa ou Maman : à vous de choisir...