The Last Guardian : on vous explique pourquoi le jeu reste prometteur malgré des défauts

Si le Tokyo Game Show 2016 est véritablement monopolisé par la présence massive de Sony, c’est grâce à son line-up incroyable, l’annonce de la PS4 Slim (New PlayStation 4 au Japon), de la PS4 Pro et bien évidemment du PlayStation VR dont la date de sortie n’est plus très loin. Parmi les gros titres du catalogue de la PS4, il y a bien évidemment The Last Guardian, repoussé au 7 décembre prochain. Présent sur le stand de Sony uniquement en présentation, le titre de Fumito Ueda était cependant jouable dans les locaux de Sony Japan, où la presse a été conviée pour prendre le jeu en mains. La deuxième fois après la démo de l’E3 2016 qui nous avait permis de découvrir les 30 premières minutes de jeu.

Cette démo du Tokyo Game Show 2016 prend d’ailleurs place quelques instants après celle de l’E3 2016 et il va s’en dire que le joueur connaîtra les commandes et autres subtilités de gameplay du jeu à ce stade. Seulement voilà, en choisissant cette séquence pour la presse, Sony n’avait peut-être pas pris en compte les journalistes qui n’avaient pas eu l’occasion d’y jouer en juin dernier à Los Angeles. Pas de tuto ni personne pour expliquer les commandes, certains de nos confrères se sont arrachés les cheveux pour comprendre les commandes du jeu. Il faut dire que la prise en main n’est pas d’une évidence totale, avec en prime une inertie du personnage qui n’est pas sans rappeler un certain Shadow of the Colossus. Les liens affectifs entre le petit garçon et Trico n’étant pas non plus très poussés à ce stade du jeu, la créature ne répond pas au gamin du tac au tac et il est vrai qu’on pouvait se sentir dérouté de prime abord. Mais ces errances pointées du doigts par nos confrères sont surtout liées au fait que ces derniers avaient quelques minutes pour découvrir le jeu. Elles disparaitront naturellement lorsqu’ils auront le jeu final en main.

A LIRE  PS4 Pro : voilà comment afficher des jeux en 1080p sur une TV 4K

Non, le véritable défaut de The Last Guardian, c’est sa caméra, qui ne tient pas en place et qui peut réellement nuire à l’expérience si elle n’est pas corrigée. On espère également que The Last Guardian ne sera pas qu’une succession d’énigmes à résoudre pour passer d’une salle à une autre. Car là, on risque de véritablement s’ennuyer si tout le jeu est axé autour de ce délire. Même si le jeu a des défauts, il reste prometteur et on vous explique pourquoi dans cette vidéo où nos copains de Gameblog apparaissent également. Toasty !