La Cour de cassation a jugé mardi que deux des enregistrements réalisés par l’avocat du palais marocain sont irréguliers. Les journalistes français Eric Laurent et Catherine Graciet avaient été accusés d’être des « maîtres-chanteurs ».

A LIRE  Cuba et Castro : la gauche morale en lambeaux