Le réalisateur Emmanuel Bourdieu s’attaque à une figure emblématique de la littérature française, Louis-Ferdinand Céline. C’est Denis Lavant qui prête ses traits à l’auteur français, aussi adulé que décrié. Sortie en salles prévue le 9 mars 2016.

Il est un des écrivains français les plus reconnus dans le monde entier mais également une des personnalités les plus sulfureuses du siècle dernier. Louis-Ferdinand Céline, rendu célèbre pour ses romans Voyage au bout de la nuit ou Mort à crédit, a droit à son biopic mis en scène par Emmanuel Bourdieu et interprété par l’acteur fétiche de Léos Carax, Denis Lavant, taillé pour le rôle.

L’intrigue de Louis-Ferdinand Céline se situe en 1948 au Danemark. En effet, à cette époque, Céline est exilé dans ce pays, sous le coup d’une condamnation en France à cause des soupçons de collaboration avec le régime nazi qui pèsent sur lui. Un écrivain juif américain, Milton Hindus, grand admirateur de l’oeuvre de l’auteur français, va alors rencontrer Céline dans le but d’en tirer un livre. Le jeune homme va découvrir une personnalité plus complexe et dérangeante qu’il ne le pensait.

Le long-métrage sera donc concentré sur cette partie de la vie de Céline dont Milton Hindus tirera en 1951 le livre Céline, the crippled giant ou L.-F. Céline, tel que je l’ai vu dans son titre français. C’est Philip Desmeules qui incarne Hindus, affrontant Denis Lavant, dont la ressemblance avec Céline est frappante. Le comédien, très familier de l’oeuvre du romancier (il a déjà interprété Céline au théâtre), semble habité par son rôle. Géraldine Pailhas complète le casting, jouant la femme de l’auteur, Lucette Destouches.

Denis Lavant nous raconte sa scène préférée

Ma scène préférée Emissions Bonus

 



Cet article a trouvé sa source chez nos confrères AlloCiné