Avec plus de 40 millions de PS4 vendues dans le monde, Sony a clairement remporté la guerre des consoles sur cette huitième génération de console, devançant de loin ses concurrents Microsoft (20 millions de Xbox One – ce qui est loin d’être dégueulasse) et Nintendo (13 millions de Wii U). Malgré une hégémonie monstre sur le marché, le constructeur japonais ne souhaite pas se reposer sur ses acquis et songe déjà au futur. Un avenir qui semble déjà tout tracé si l’on en croit les rumeurs qui ne cessent d’enfler au fur et à mesure qu’on se rapproche de l’E3, le plus grand salon de jeux vidéo au monde.

En effet, tout pousse à croire que Sony est bel et bien en train de développer une nouvelle PS4 dans ses laboratoires. Ce n’est pas vraiment une surprise, les constructeurs de consoles ayant à chaque fois lancé de nouveaux modèles quelques années après la première. Ce fut le cas pour chacune des PlayStation, mais aussi du côté de chez Microsoft avec sa Xbox 360. Jusqu’à présent, il ne s’agissait que de changements cosmétiques. Un nouveau design qui s’adaptait surtout avec l’arrivée de nouveaux composants, plus petits et souvent moins chers à produire. Dans le cycle de vie des consoles, ces versions Slim de ces machines permettait de relancer la croissance et d’atteindre un autre public, ceux qui ne s’était pas encore laisser tenter par la première offre.

 

ACCUEILLIR LA 4K COMME IL SE DOIT

 

Seulement voilà, pour cette nouvelle génération, Sony pourrait bien apporter de plus grandes modifications à sa PS4. Si l’on imagine que le design sera différent, la prochaine PS4, appelée PS4K ou PS4 Neo, embarquerait avec elle des capacités supérieures. Selon les rumeurs qui circulent, la console garderait son processeur 8 cores, mais serait cadencé à 2.1GHz au lieu des 1.6GHz de la première version. Mais ce n’est pas tout, la mémoire serait elle aussi boostée, pour offrir une meilleure bande passante et permettrait au processeur graphique de passer de 18 à 36 unités de calcul à une fréquence de 911MHz au lieu des 800MHz actuels. Ce gain de puissance permettrait aux développeurs d’offrir des jeux plus performants. Graphiquement tout d’abord, avec une résolution pouvant aller jusqu’à la 4K (3 840 x 2 160), mais aussi une fluidité stable, profitant systématiquement des 60fps tant recherchés et réclamés.

Avec une industrie du hi-tech qui s’est résolument tournée vers la 4K (ou Ultra HD), Sony pourrait ainsi accompagner la démocratisation de cette nouvelle technologie. Non seulement les téléviseurs 4K (Sony est un acteur majeur dans ce secteur) commencent à être proposés à des tarifs compétitifs (entre 500 et 1000€ selon les marques, les modèles et la taille de la dalle), mais en plus, l’arrivée des films au format Blu-ray 4K pourrait permettre à Sony de relancer les ventes de sa PS4 auprès de ces cinéphiles toujours à la pointe de la technologie. C’est d’autant plus vrai que Sony s’apprête à lancer une plateforme online qui permettra d’acheter et de lire des films 4K.

LA VR DANS DES CONDITIONS OPTIMALES


Et cette course effrénée à la technologie n’est pas qu’un délire de technophile, elle a aussi pour but de prendre en charge la réalité virtuelle dans de meilleures conditions. Il ne faut pas se voiler la face, mais pour que l’expérience VR soit la plus optimale possible, Sony doit impérativement atteindre les 120fps pour éviter toute forme de nausée ; chose qui pourrait nuire à la réputation du casque et donc des ventes par répercussion. Ce n’est pas un hasard si aujourd’hui, les joueurs souhaitant jouer avec l’Oculus Rift et le HTC Vive doivent au minimum posséder un PC haut de gamme pour les accompagner (compter entre 1 500€ et 2 000€ de matos). Et quand bien même le PlayStation VR s’inscrit comme un casque entrée de gamme sur le marché (399€ contre 699€ pour l’Oculus Rift et 899€ pour le HTC Vive, hors frais de port, étant donné qu’ils ne sont pas vendus en boutiques), Sony a tout intérêt de performer pour démocratiser la réalité virtuelle auprès du grand public. Les enjeux sont donc doubles et le constructeur japonais semble vouloir se donner les moyens de ses ambitions.

PlayStation VR

NE PAS FROISSER LA COMMUNAUTÉ


Néanmoins, Sony semble tout à fait conscient des risques qu’il prend, notamment celui de froisser sa communauté, pourtant acquise depuis que Microsoft a fait son fameux rétropédalage lors de l’E3 2013. L’idée est donc pour le constructeur nippon de ne pas s’aliéner les gamers qui crieraient au scandale, par sentiment de s’être fait léser. Justifier le passage d’une console à une autre, plus puissante, est donc l’exercice le plus périlleux. C’est d’autant plus dangereux que la PS4K proposerait exactement les mêmes services et fonctionnalités, avec un écosystème identique. La seule différence serait alors d’ordre technique, c’est-à-dire que la PS4 Neo proposerait des jeux visuellement et techniquement plus performants. A ce titre, d’après les rumeurs, les développeurs seraient contraints de proposer une version « standard » et « Neo » de leurs jeux, et tous les jeux à Noël pourraient bien proposer cette configuration. Mais selon les rumeur toujours, Sony ne semble vouloir rien imposer aux développeurs, qui seraient libres de leurs décisions. Cela peut paraître effrayant dit comme ça, mais si demain, on vous propose une version 60fps de GTA 5 et d’Uncharted 4 ou d’un framerate ultra stable sur The Division ou The Witcher 3, seriez-vous capable de vous en passer ?

 

Bien sûr, Sony marche sur des oeufs, mais il pourrait également s’agir d’un effet de levier pour relancer l’industrie avec un nouvel hardware. Si historiquement les joueurs consoles ne sont pas habitués à voir leur machine évoluer aussi rapidement, des marques comme Apple ont d’ores et déjà intégré ce business model dans leur ADN, fédérant autour de lui des fans prêts à claquer 800€ de plus chaque année. La difficulté pour Sony est encore une fois de bien construire son discours, et surtout proposer une offre capable de donner envie de passer à l’étape suivante. Il ne faut pas oublier que fin 2016, il s’agira du quatrième Noël pour la PS4 et il n’est pas impossible que les joueurs aient acté le fait que changer de console après une telle période ne soit pas si grotesque que ça.


 

PLUSIEURS OFFRES POUR GARDER LE LEADERSHIP

 

PS4Depuis l’arrivée du modèle 1To de la PS4, deux prix sont disponibles pour la console de Sony : 349€ et 399€, sans compter la multitude d’offres proposés par le constructeur lui-même (un jeu, voire deux offerts pour l’achat d’un modèle 1To) et ceux très alléchants des sites marchands comme Amazon ou la FNAC, ou des grandes enseignes telles que Micromania, Auchan (Hypergames) et Leclerc. On peut donc imaginer que la PS4 classique pourrait alors descendre sous la barre des 300€, ce qui permettra à Sony d’atteindre un autre public, qui n’a pas nécessairement les mêmes envies que les gamers, à qui on proposerait une PS4K Neo à 399€. Si Sony reste malin, il n’augmenterait pas le prix de sa PS4 et pourrait ainsi jouer sur plusieurs tableaux à la fois. Une stratégie calculée qui pourrait permettre donc de relancer, voire booster davantage les ventes de sa machine et ainsi achever pour de bon la concurrence.

D’un autre côté, d’autres rumeurs semblent attester le fait que Microsoft se soit aussi penché sur la question, en développant un nouveau modèle de sa Xbox One, elle aussi plus puissante. Mais en l’absence de casque de réalité virtuelle, les joueurs y trouveront-ils alors un même intérêt ? Et puis quid de la prochaine console de Nintendo, la fameuse NX ? Les bruits de couloir annonçaient une console à la hauteur de la PS4 technologiquement parlant. En sortant sa PS4K Neo, Sony pourrait alors damer le pion une nouvelle fois à ses concurrents, et ainsi garder le leadership pour de longues années encore. Reste à savoir quand est-ce que le constructeur japonais a prévu de faire ses révélations. A l’E3 2016 ? Très certainement. D’autant que d’autres rumeurs annoncent une sortie entre juin et octobre 2016

PS4