PSA et General Motors mettent les bouchées doubles pour parvenir avant la fin de la semaine à un accord selon lequel PSA débourserait 2 milliards de dollars (1,9 milliard d’euros) pour s’offrir Opel.

Les deux milliards de dollars seraient partagés en un milliard de dollars en cash et un autre milliard de reprises de dette. Le montant peut toutefois évoluer en fonction de l’estimation du coût des retraites futures à verser.

Les deux constructeurs travaillent pour conclure l’affaire jeudi prochain lors de la présentation des résultats financiers annuels de PSA. Cela dit, la signature d’un accord pourrait être retardée voire échouer au regard de la complexité de l’opération. L’un des points importants de l’accord porterait sur l’identification de sources de réduction de coûts tout en conservant l’appui des trois gouvernements et des syndicats concerné par le rachat. La principale pierre d’achoppement serait le maintien de la production au Royaume-Uni.

Initialement choqués d’apprendre le rachat potentiel par la presse, les gouvernements et les syndicats ont lâché du lest après avoir rencontré les dirigeants des deux groupes.

« Nous sommes prêts à mener des discussions avec PSA dans le cadre d’un rachat de manière constructive afin de trouver un arrangement le plus vite possible », a déclaré Wolfgang Schaefer-Klug, le représentant des salariés chez Opel. « Notre objectif doit être de saisir les opportunités pour conserver l’emploi et les sites de production », a-t-il ajouté.

Les employés d’Opel pour accueillir favorablement un rachat par PSA. Ils avaient notamment poussé par l’intermédiaire de leurs représentants pour une vente en 2009. L’opération avait été annulée à la dernière minute. Les syndicats sont aussi enthousiasmés par la rapidité des négociations et apprécieraient l’annonce d’un accord dans les prochains jours.

 

Source : Bloomberg

Source photo : Opel



Article tiré de l’excellent site Le Blog Auto