Un Samsung Galaxy Note 7, qui a explosé, à Séoul (Corée du Sud), le 12 octobre.

Samsung a estimé, vendredi 14 octobre, que les problèmes liés à son modèle de téléphone Galaxy Note 7 amputeront d’environ trois milliards de dollars (2,7 milliards d’euros) son résultat d’exploitation sur les deux prochains trimestres. Cet avertissement tombe deux jours après l’annonce par le géant sud-coréen de l’électronique d’une baisse d’un tiers de ses prévisions de bénéfice opérationnel pour le troisième trimestre, déjà liée au fiasco de son téléphone.

Lire aussi : Samsung poursuit sa chute en Bourse

Le Sud-coréen juge que la décision d’arrêter le Galaxy Note 7 va continuer de réduire ses marges de bénéfice durant la période d’octobre à mars, qui inclut la période des fêtes de fin d’année cruciale pour ses ventes. Le groupe détaille ainsi dans un communiqué :

« L’impact négatif est estimé entre 2 000 et 3 000 milliards de wons [1,8 à 2,6 milliards de dollars, de 1,6 à 2,3 milliards d’euros] pour le quatrième trimestre de 2016 et à environ 1 000 milliards de wons [884 millions de dollars, 800 millions d’euros] pour le premier trimestre de 2017. »

« Samsung Electronics a l’intention de normaliser ses activités mobiles en augmentant les ventes de modèles phares, comme le Galaxy S7 et le Galaxy S7 Edge », précise en outre le même document.

Lire aussi : « Samsung doit circonscrire la crise et stabiliser son image »

Mesure dévastatrice

La fabricant avait rappelé, début septembre, 2,5 millions d’unités du Galaxy Note 7, un smartphone surdimensionné, parce que plusieurs de ces appareils avaient pris feu ou explosé. Mais les appareils de remplacement ont également commencé à s’enflammer. Sa production avait été stoppée mardi, deux mois après son lancement. Le premier concepteur mondial de smartphones avait également enjoint, le même jour, tous les distributeurs à cesser de vendre l’appareil incriminé.

Lire aussi : Comment Samsung en est arrivé à suspendre la vente du Galaxy Note 7

Samsung a finalement entériné l’échec complet de ce produit en appelant les millions de personnes qui l’avaient acheté, dans le monde entier, à l’éteindre, par mesure de sécurité. Une mesure dévastatrice pour l’image d’une société qui s’enorgueillit de la qualité de ses produits dans les technologies de pointe.

Lire aussi : Le fiasco du Galaxy Note 7, révélateur des dysfonctionnements de Samsung

La société a incriminé des batteries défectueuses fabriquées par un fournisseur non précisé. Beaucoup d’observateurs estiment qu’il s’agissait de sa filiale, Samsung SDI.