Présentée en 1992 à Monaco, la F1, première incursion de la marque de Woking dans le cercle fermé des hypercars, souffle cette année ses 25 bougies. Alors qu’une héritière est dans les tuyaux, McLaren a mis en ligne il y a quelques jours une vidéo inédite démontrant par le son et l’image que l’originale était presque capable de taquiner les 400 km/h en pointe…

D’autres hypercars ont depuis lors brisé la barre des ‘quatre-cents’, notamment la Bugatti Veyron ou encore la SSC Ultimate Aero, mais la McLaren F1 reste encore à ce jour la supercar à moteur atmosphérique la plus rapide au monde. En 1993, le troisième prototype de la F1 (nom de code XP3) a atteint 371 kilomètres/heure en pointe sur le fameux anneau de vitesse de Nardo en Italie. En se remettant dans le contexte de l’époque, la nouvelle venue surclassait déjà de plus de 25 km/h les Jaguar XJ220 et Bugatti EB110, toutes deux créditées d’une vitesse de pointe proche des 350 km/h.

Cinq ans plus tard, le 31 mars 1998, c’est sur la piste d’essai allemande de Volkswagen que McLaren décide de faire une nouvelle tentative pour connaître la vraie vitesse de pointe de son hypercar, avec le cinquième prototype de F1 construit (XP5). Au volant, Andy Wallace, le pilote d’endurance britannique qui a terminé troisième des 24 heures du Mans 1995 au volant de la F1 GTR du team Harrods.

Après un premier run sur la ligne droite longue de neuf kilomètres d’Ehra-Lessien, où la XP5 atteint 388 km/h, Wallace demande aux ingénieurs de McLaren de décaler le rupteur pour grappiller quelques kilomètres/heures supplémentaires. Et lors du second essai, la voiture atteint 391 km/h. La vitesse maximale officiellement enregistrée sera de 386,7 km/h.

Wallace déclarera à la radio : « elle n’ira pas plus haut, mais 391 km/h c’est déjà vite, non ? ». Et d’ajouter « Je persiste à dire que c’est la meilleure auto jamais construite, et qu’elle ne sera jamais battue ». Sur ce dernier point, il faudra plus d’une décade pour que la Bugatti Veyron et la Koenigsegg CCX viennent contredire le pilote anglais… Du moins concernant la vitesse de pointe !

Pour le plaisir des oreilles (et accessoirement pour faire râler les voisins…), on ne saurait que trop vous conseiller de monter le volume des enceintes au maximum pour profiter des vocalises du V12 d’origine BMW de 627 chevaux…

Source : McLaren

Illustrations : Capture vidéo



Article tiré de l’excellent site Le Blog Auto