Tesla est sous le coup d’une action collective en justice concernant son système de conduite semi-autonome. Selon la plainte qui regroupe 47 000 propriétaires de Model S et X, le logiciel Autopilot serait « dangereusement défectueux » lorsqu’il est activé.

La plainte déposée devant un tribunal fédéral à San Jose en Californie allègue que « Les conducteurs sont devenus des bêta-testeurs d’un logiciel boiteux qui rend les véhicules Tesla dangereux ». Les propriétaires qui ont déboursé entre 81 000 (75 700 euros) et 113 000 dollars (105 600 euros) témoignent de comportements erratiques qui « changent la voiture de voie ou freinent sans aucune raison, et échouent à ralentir ou s’arrêter lorsque la voiture s’approche d’un autre véhicule » lorsque le système Autopilot est enclenché.

Les 47 000 propriétaires ont acheté leurs Tesla au cours des six derniers mois précédant le 31 mars de cette année. La moitié des voitures sont équipées du système de conduite autonome de deuxième génération lancé à l’automne dernier. Les propriétaires reprochent à Tesla d’avoir mis sur le marché un système qui ne fonctionne pas comme annoncé ou dangereux à utiliser.

Tesla a commenté la plainte en déclarant qu’il n’a jamais affirmé que les voitures étaient équipées d’un système de conduite totalement autonome. Le constructeur voit dans cette plainte « une occasion pour des avocats de facturer des frais au détriment de Tesla sur la base d’une plainte aux faits discutables ».
Source : Reuters

Source photo : Tesla



Article tiré de l’excellent site Le Blog Auto