Lancé en partenariat avec l’entreprise DomRaider qui a réalisé une ICO, le Safe-T mini d’ARCHOS ressemble à s’y méprendre à son « concurrent » TREZOR.

L’entreprise française ARCHOS, connue entre autre pour la commercialisation de ses baladeurs MP3 au début des années 2000,  a annoncé mercredi 21 février la commercialisation future d’un portefeuille physique pour sécuriser ses cryptomonnaies; un marché pour le moment largement dominé par Ledger et SatoshiLabs avec son TREZOR.

En apparence, rien d’innovant sur le papier. Sécurisé par un code PIN, celui-ci se branche à un ordinateur et demande une approbation physique à l’aide de deux boutons pour valider chaque transaction. Tout comme les produits proposés par les acteurs déjà présents, un carton de récupération permettra de retrouver l’accès à vos actifs en cas de perte, vol ou casse de l’appareil.

Compatible Android, Mac, Linux et Windows, le Safe-T mini prendra en charge Bitcoin, Bitcoin Cash, Ethereum, Litecoin, Zcash ainsi que « d’autres cryptomonnaies à venir ».

L’appareil présenté au congrès MWC 2018 devrait être commercialisé en juin 2018 au prix de 49.99€. C’est sensiblement moins cher que le Nano S de Ledger (94.80€) et le TREZOR (107.64€).

Comme quelque chose qui cloche

Mais que cache réellement ce portefeuille physique qu’ARCHOS déclare être « le résultat des travaux menés par [son] équipe R&D dans le domaine du chiffrement, de la sécurité et des monnaies virtuelles » ? Les communiqués de presse (l’un envoyé par ARCHOS,  l’autre par DomRaider) étant avares de détails particuliers et présentant tout juste un seul visuel, nous avons décidé de faire un tour sur la page internet mise en place pour l’occasion. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on est allé de surprise en surprise.

Un premier point nous a tout de suite mis la puce à l’oreille. Si absolument aucune capture d’écran de l’interface logiciel n’apparait dans les communiqués, le site internet d’ARCHOS en présente bien une. Du moins, c’est ce qu’on aurait voulu nous faire croire.

Le visuel en question, le voici. Outre l’intégration pour le moins hasardeuse du produit sur l’image, ce qui nous a le plus interpellé est bien l’arrière plan, censé logiquement représenter l’interface de connexion sur les différents appareils compatibles.

Vous conviendrez qu’une colonne « Top Campaign Performance » indiquant Facebook et Twitter a en toute logique peu de chose à voir avec un portefeuille pour cryptomonnaies. Il en va de même pour le « Top 5 » des appareils les plus utilisés qui met en première place iOS ainsi qu’une carte du monde. À quoi sert donc ce visuel? Contacté par CryptoActu, ARCHOS n’a dans l’immédiat pas encore répondu à notre sollicitation.

Pourquoi donc de telles erreurs? Peut-être car le « buzz » aurait été moins présent si le produit avait été présenté après le MWC et que le temps manquait.

Un TREZOR, l’ergonomie en moins?

Ce qui a fini de nous convaincre était en réalité sous nos yeux depuis le début. Cependant, c’est uniquement grâce à la réception le jour même d’un TREZOR pour notre test (l’article est en cours de rédaction) que nous avons fait tilt: le Safe-T mini serait en réalité un clone du TREZOR, l’ergonomie en moins.

à gauche, le message de confirmation d’un TREZOR; à droite, le message de confirmation d’un Safe-T mini

Tout semble y être: du micrologiciel d’apparence en tout point identique à la résolution de l’écran (128×64) en passant par le même processeur ARM Cortex-M3, ARCHOS n’a pas même daigné changer les deux boutons qui coïncident parfaitement avec ceux d’un TREZOR. Une intégration en semi-transparence sur notre meilleur logiciel de retouche et la ressemblance devient frappante.

Le cours de l’action d’ARCHOS “victime” de l’effet blockchain

Le Safe-T mini est-il bon à jeter pour autant? Difficile à dire sans avoir testé le produit, mais voyons le bon côté des choses: le fait que le Safe-T mini soit un clone du TREZOR peut presque être une bonne nouvelle. La sécurité de ce dernier a été largement éprouvée et a été mise en place par une équipe dévouée à ce produit depuis de nombreuses années, d’autant plus que le produit est bien moins cher.

Victime de l’effet blockchain, le cours de l’action d’ARCHOS a pour sa part bondi après l’annonce, avant de légèrement se rétracter hier.

 



Relayé par CryptoActu