Le Maroc a extradé un ressortissant britannique vers les États-Unis après que celui-ci ait été accusé d’avoir escroqué des investisseurs dans le cadre de son projet de création d’entreprise liée au bitcoin.

Un ressortissant britannique a été extradé par la justice marocaine vers les États-Unis. L’homme de 49 ans, qui est par ailleurs recherché par Interpol, avait été arrêté en juillet 2017 par la police de Tanger. Il est accusé de fraude boursière et « escroquerie informatique ».

Inculpé en juin de la même année, Renwick Haddow aurait entre 2014 et 2017 été derrière la fausse bourse d’échanges de cryptomonnaie « Bitcoin Store », et une société bidon qualifiée de « système de Ponzi », censée transformer de vieux bars en bureaux.

La U.S. Securities and Exchange Commission (SEC) a déposé des accusations de fraude contre Haddow l’an dernier, affirmant que son Bitcoin Store a induit les investisseurs en erreur. Selon la plainte de la SEC, Bitcoin Store a prétendu qu’une « équipe expérimentée de professionnels de l’investissement de premier plan» dirigeait l’entreprise.

En réalité, l’« équipe expérimentée » aurait été inventée de toutes pièces par l’individu, selon le ministère de la Justice, et lui seul était derrière Bitcoin Store.

Ces méfaits lui auraient permis de soutirer plus de 36 millions de dollars aux investisseurs trompés. Il risque désormais une peine maximale de 40 ans de prison.



Relayé par CryptoActu