L’initiative qui rassemble plus de 300 entreprises impliquées sur la blockchain Ethereum, a lancé le 19 décembre dernier trois nouveaux groupes de travail pilotés par ses membres.

Les groupes de travail dirigés par les membres de l’EEA (Enterprise Ethereum Alliance) se concentrent sur la résolution du déploiement et de l’utilisation d’Ethereum dans les entreprises. « Les résultats de ces groupes sont un élément clé de la mission de l’alliance et la participation active est quelque chose que nos membres trouvent précieux pour leurs entreprises », a déclaré Jeremy Millar, membre fondateur du conseil d’administration de l’EEA.

Les domaines d’application de ces 3 groupes de travail sont : l’identité numérique, l’énergie et l’interopérabilité multiplateforme.

« L’identité, l’énergie et l’interopérabilité multiplateforme sont trois domaines où les membres de l’EEA voient des avantages réels à utiliser les technologies Ethereum en 2018. Les groupes de travail leur permettent d’innover, de tester de nouvelles idées et de rester compétitif » ajoute-t-il .

Toujours selon Jeremy Millar, le groupe de travail sur l’énergie s’efforcera de définir les protocoles de la blockchain Ethereum pour les différents secteurs de l’industrie énergétique, tels que le gaz, le pétrole ou les transports en commun. Le groupe souhaite « mettre en place l’infrastructure industrielle nécessaire à une adoption généralisée dans ces domaines liés à l’énergie ».

Établir une compréhension générale du rôle d’Ethereum

Le groupe multiplateforme travaillera à rendre Ethereum disponible sur de multiples systèmes d’exploitation et matériels physiques. Selon le site de l’association, “la version actuelle fonctionne bien sur certains systèmes d’exploitation, mais le groupe travaillera vers des avancées qui rendront la plateforme universellement adoptable”.

L’objectif du groupe de travail sur l’identité numérique est d’établir une compréhension générale du rôle d’Ethereum dans l’espace de l’identité numérique et de « développer une taxonomie qui sera largement acceptée et pratiquée dans l’industrie des nouvelles technologies ».

Les membres de l’EEA représentent une grande variété de secteurs d’activité dans toutes les régions du monde, sur le site de l’alliance il est affiché comme membre des entreprises faisant partie des secteurs des nouvelles technologies, des soins de santé, l’énergie, les produits pharmaceutiques, le marketing et l’assurance, ainsi qu’un certain nombre de start-ups.

Cela porte à 17 le nombre de groupe de travail de l’alliance, nombre qui devrait continuer à croitre courant 2018.



Relayé par CryptoActu