Le Lyonnais Rachid Ghezzal, mercredi 2 novembre, au stade de la Juventus à Turin (Italie).

Lyon peut toujours rêver des huitièmes de finale de Ligue des champions après avoir ramené un match nul (1-1), mercredi 2 novembre, de son déplacement à Turin. La position lyonnaise – quatre points contre huit à la Juventus et dix au leader Séville – reste fragile.

Mais ce point décroché mercredi devrait permettre aux joueurs de Bruno Genesio de rester candidats aux huitièmes de finale jusqu’à la dernière journée. Une victoire à Zagreb lors du prochain match est tout de même indispensable et elle assurerait au minimum la qualification pour l’Europa League.

En attendant, l’OL a su profiter d’un jour très moyen du champion d’Italie, qui a encaissé mercredi son premier but de la saison en Ligue des champions et qui n’a jamais enfoncé le clou alors qu’il menait pourtant 1-0.

Posture fâcheuse

L’égalisation lyonnaise est arrivée à la 85e minute sur une tête de Tolisso qui prolongeait un coup franc de Ghezzal, sans doute le premier coup de pied arrêté correctement frappé par les Lyonnais. La toute fin de match a alors été lyonnaise et Lacazette, pas très tranchant jusque-là, a eu dans le temps additionnel une énorme occasion – ratée – de punir la Juventus.

Avec deux matches nuls à domicile en deux matches, les Italiens se sont tout de même mis en posture fâcheuse dans l’optique de la première place. Sans jamais surclasser l’OL, ils semblaient pourtant avoir la maîtrise du match. Mais la sortie sur blessure de Bonucci et le passage à une défense à trois en milieu de deuxième période a fragilisé l’édifice.

Lire aussi : Ligue des champions : Monaco et Lyon jouent leur avenir